Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des étudiantes grenobloises lancent une collecte pour lutter contre la précarité menstruelle

-
Par , France Bleu Isère

Dans le cadre de leurs études en carrières juridiques à l'IUT2 de l'université Grenoble-Alpes, quatre jeunes femmes organisent une collecte de protections hygiéniques ce jeudi 25 février et samedi 27 février dans le supermarché Carrefour d’Échirolles. Les dons seront redistribués le 8 mars prochain.

Les quatre étudiantes ont déjà reçu des serviettes hygiéniques de la part de l’Agorae, épicerie solidaire sur le campus universitaire de Grenoble.
Les quatre étudiantes ont déjà reçu des serviettes hygiéniques de la part de l’Agorae, épicerie solidaire sur le campus universitaire de Grenoble. - Agorae

Shanna, Elena, Lola et Fiona ont 18 ans et sont étudiantes en première année de DUT carrières juridiques à l’IUT2 de l’université Grenoble-Alpes. Dans le cadre d'un projet tuteuré intitulé "trucs de nanas" qu'elles vont mener pendant deux ans, elles ont choisi de se battre contre la précarité menstruelle. 

Quatre étudiantes grenobloises s'engagent contre la précarité menstruelle.

Une collecte au Carrefour d’Échirolles 

Pour cela, elles organisent ce jeudi 25 février et samedi 27 février une collecte de protections hygiéniques à destination des femmes qui n'ont pas les moyens de s'en acheter. La récolte aura lieu de 13h30 à 17h le jeudi et de 8h à 17h le samedi au magasin Carrefour d’Échirolles.

Comment la collecte va-t-elle se dérouler au Carrefour d’Échirolles ?

Les dons seront redistribués le 8 mars, à l'occasion de la journée de la femme, avec l'aide du Secours Populaire de Grenoble. Un stand de prévention et de sensibilisation sur la question de la précarité menstruelle et sur les droits des femmes sera également tenu par les quatre étudiantes.

"En tant que femmes étudiantes nous savons que les protections hygiéniques sont coûteuses. Nous voulons aider les femmes en situation de précarité menstruelle" - Lola, l'une des étudiantes à l'origine du projet. 

L'objectif de la collecte est de sensibiliser un maximum de monde à cette problématique car aujourd'hui en France, il n'est pas facile de parler de précarité menstruelle et des règles. "C'est un sujet encore tabou même si on en parle de plus en plus, notamment en novembre dernier lorsque l’Ecosse a voté pour la gratuité des protections hygiéniques. La France a un budget de cinq millions d’euros pour 2021 qui est alloué à la lutte contre la précarité menstruelle. C’est une grosse somme mais on trouve que ce n’est toujours pas suffisant dans le sens où on n’a pas vu de grands changements, pas de baisse de prix même si la TVA a été réduite. Il n’y a pas de gratuité des protections, le prix est encore très élevé et de nombreuses étudiantes, surtout en cette période de crise sanitaire, doivent choisir entre acheter des protections hygiéniques ou manger", déplore Shanna, une autre étudiante participant au projet. 

Pour éviter cette situation, les quatre jeunes femmes veulent installer des distributeurs gratuits et participatifs (permettant à ceux qui le souhaitent de faire des dons) de protections hygiéniques, d'abord dans leur IUT, puis sur tout le campus universitaire grenoblois. Pour les aider à financer le projet, elles ont toqué à la porte de la mairie de Grenoble. Un projet qu'elles espèrent également mener à bien grâce aux dons récoltés sur une cagnotte en ligne

Pour afficher ce contenu Google Maps, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Gérer mes choix

La ville de Grenoble déjà engagée sur cette question

Contactée, l'élue en charge de l'égalité des droits à la mairie grenobloise, Chloé Le Bret, assure être intéressée par le projet et donnera prochainement une réponse aux étudiantes. L'élue rappelle par ailleurs que la ville œuvre déjà pour aider les femmes en situation de précarité. Depuis deux ans, deux collectes et distributions annuelles de protections hygiéniques sont organisées. Lors du premier confinement, la ville a également acheté plus de 20.000 protections périodiques afin de les redistribuer à l'association Dons Solidaires. 

Quelques chiffres sur la précarité menstruelle en France

  • 1,7 millions de femmes en France ont du mal à se procurer des protections hygiéniques.
  • Une femme sur trois ne se change pas autant qu'elle le devrait pendant ses règles par manque de moyens.
  • Une étudiante sur trois a besoin d'aide pour payer ses protections hygiéniques.
  • Chaque femme dépense en moyenne 3.000 euros dans sa vie en protections hygiéniques.
#Ma Solution
#Ma Solution © Radio France

Vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !

Pour afficher ce contenu Make org, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess