Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des étudiants manceaux modernisent les gapettes made in Sarthe

-
Par , France Bleu Maine

Quatre étudiants manceaux ont lancé leur entreprise pour fabriquer des gapettes de façon locale et en employant des personnes en réinsertion. Un projet réalisable grâce à l'encadrement d'un coach et d'un parrain, dans le cadre du programme Les Entrep'.

Quatre étudiants manceaux accompagnés d'une coach et d'un parrain veulent remettre la gapette française au goût du jour
Quatre étudiants manceaux accompagnés d'une coach et d'un parrain veulent remettre la gapette française au goût du jour © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Ils ont reçu les premiers prototypes cette semaine : tissu bleu foncé et liseré rouge, la gapette fabriquée par quatre étudiants manceaux (Valentine Beunardeau, Clément Pottier, Aymeric Bourné et Clarisse Guillon) se veut moderne. "On voulait créer quelque chose qu'on pourrait potentiellement porter", explique Valentine. Pour les aider, dans le cadre du programme Les Entrep', ils peuvent compter sur leur coach de la CCI, Violaine Guittet, et sur un parrain qui les conseille dans le processus.

Miser sur le vintage

La gapette, traditionnellement associée aux cyclistes, reste difficile à trouver actuellement en boutique. "C'est comme le béret, ça revient doucement à la mode, précise Valentine. _Avec le côté vintage, on s'adresse autant à des jeunes de notre âge qu'à des personnes qui portaient déjà des gapettes_". "C'est un produit qui a besoin d'être modernisé, donc on essaie de créer quelque chose de nouveau", ajoute son camarade Aymeric. 

Un projet qui enthousiasme leur parrain, Fabio Rubino, chef d'entreprise au Mans : "ça surprend un petit peu au début, mais ils surfent sur la vague rétro ! _Les parents et grands-parents portaient des gapettes, désormais les jeunes peuvent en mettre_". Dans l'idée de moderniser cet accessoire, tout en conservant son esthétique originale, les étudiants ont choisi de personnaliser la doublure intérieure de la gapette. 

La doublure intérieure est personnalisable
La doublure intérieure est personnalisable © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Fabrication locale et solidaire

Au-delà du vintage, le projet d'entreprise repose aussi sur la fabrication "made in Sarthe". "C'était primordial que ce soit made in France, alors que ce soit fabriqué au Mans, c'est une plus-value pour le projet !", précise Valentine. 

On est tous sarthois, donc c'est une fierté de faire travailler des personnes du département

Le réseau de leur parrain a joué : "je suis chef d'entreprise depuis des années donc je leur donne des contacts, des idées de personnes à appeler pour les accompagner dans le projet", explique Fabio Rubino. Les étudiants sont ainsi entrés en contact avec l'Établissement et service d’aide par le travail du Mans (ESAT). "On fait travailler des personnes en réinsertion, qui ont eu un trouble psychique ou qui sont en dépression, indique Aymeric. Il s'agit de leur faire confiance, ils font le travail aussi bien que les autres !"

L'équipe veut aussi intégrer le surcyclage au processus de fabrication. "Il s'agit de récupérer les chutes de tissus et de les traiter de façon à ce qu'elles puissent être réutilisées", explique Valentine. Objectif : commercialiser une gapette remise au goût du jour, écolo, et qui développe l'économie locale. 

Les premiers prototypes de la gapette sont arrivés cette semaine
Les premiers prototypes de la gapette sont arrivés cette semaine © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Les étudiants vont terminer leur programme avec Les Entrep' fin mars, mais ce n'est pour eux que le début du projet. "On sait que l'entreprise ne sera pas viable financièrement dès le début, il faut deux ou trois ans", reconnait Aymeric. Ils comptent donc démarcher des partenaires et lancer prochainement une cagnotte pour du financement participatif. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess