Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des ex-salariés d'Armatis attendent toujours leur solde de tout compte

-
Par , France Bleu Touraine

Des ex-salariés d'Armatis, à Tauxigny, attendent leur solde de tout compte depuis plus de 10 jours, après avoir été licencié, avoir démissionné ou être parti à la retraite. Ils envisagent de saisir les prud'hommes.

Les locaux d'Armatis, à Tauxigny.
Les locaux d'Armatis, à Tauxigny. © Radio France - Manon Vautier-Chollet

Tauxigny, France

A Tauxigny, plusieurs ex-salariés de l'entreprise Armatis attendent toujours leur solde de tout compte. Ils ont démissionné, sont partis à la retraite ou ont été licenciés entre le 09 et le 15 janvier, et n'ont rien reçu. Alors tous les jours, ils appellent leur ancienne entreprise pour avoir des nouvelles. 

Je n'ai plus confiance en cette entreprise

Vendredi matin, l'entreprise leur a annoncé qu'ils recevraient leurs solde de tout compte lundi 25 ou mardi 26 janvier prochain. "On verra, mais moi je n'ai plus confiance en cette entreprise" témoigne l'une des salariés. Pour eux pas question d'attendre, alors ils vont chercher leurs documents "en main propre" dans les locaux de l'entreprise. La directrice des ressources humaines fera la même réponse : les chèques arrivent lundi. 

On m'a dit tu ne reviens pas samedi, et tout ça au téléphone

Les salariés concernés parlent aussi des méthodes brutales de l'entreprise. "On m'a dit tu ne reviens pas samedi, et tout ça au téléphone. Là, je ne suis vraiment pas contente" témoigne une autre salarié. Aujourd'hui, plusieurs envisagent de saisir les prud'hommes.