Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des fonctionnaires payés sans travailler, en toute légalité, dans le Var

-
Par , France Bleu Provence

La Chambre régionale des comptes a publié il y a quelques jours un rapport qui met en lumière la situation d'une trentaine d'agents dépendant du Centre de gestion du Var, payés sans travailler. Un coût d'1 million d'euros par an pour l'organisme financé en partie par les collectivités.

La Chambre régionale des comptes épingle le Centre de gestion du Var
La Chambre régionale des comptes épingle le Centre de gestion du Var © Maxppp -

Var, France

C'est un rapport dont se serait bien passé le Centre de gestion du Var. Rapport rendu par la chambre régionale des comptes sur la situation d'une trentaine de fonctionnaires qui sont payés, sans travailler. En toute légalité. 24 d'entre eux le sont même depuis les années 90 ! La plupart de ces agents ont perdu leur affectation après la privatisation des services de l'eau à Toulon et des déchets à la Seyne-sur-Mer. Ils ont donc été rattachés au centre de gestion mais sans poste véritable. "C'est toute la difficulté" indique le centre qui ne peut imposer au collectivité de reclasser ces agents.

32 personnes sont donc concernées, dont 24 depuis les années 90. Un coût de un million d'euros par an pour le centre de gestion, financé en grande partie par les cotisations des collectivités locales. In fine, l'argent du contribuable. Agacé par la médiatisation, le président du centre et maire de Besse-sur issole, Claude Ponzo ne veut plus communiquer sur la question indiquant simplement que "rien n'est illégal". 

Tellement pas illégal que certains agents réclament même des avancements de carrières, et dépassent l'âge légale de la retraite. À noter, que même sans travailler, ils cotisent aussi pour leur retraite. Une situation qui devrait se régler avec l'adoption d'un texte en discussion actuellement au Parlement. Une mise à la retraite d'office est prévue, elle concernera ces 24 agents. Et pour les autres, leur prise en charge ne sera plus assurée s'ils n'ont plus de poste depuis 10 ans.