Économie – Social

Des gaz lacrymogènes pour repousser les GM&S et les élus creusois en marge de la venue d'Emmanuel Macron en Corrèze

Par Isabelle Gaudin et Nicolas Blanzat, France Bleu Berry, France Bleu Creuse, France Bleu Limousin et France Bleu mercredi 4 octobre 2017 à 16:00 Mis à jour le mercredi 4 octobre 2017 à 19:24

Les salariés de GM&S derrière les élus en écharpe tricolore voulaient s'approcher du site où est attendu Emmanuel Macron
Les salariés de GM&S derrière les élus en écharpe tricolore voulaient s'approcher du site où est attendu Emmanuel Macron © Radio France - Nicolas Blanzat

Les GM&S accompagnés d'une délégation d'élus de la Creuse ont essuyé des tirs de gaz lacrymogènes ce mercredi après-midi à Égletons en Corrèze, où Emmanuel Macron était attendu. Les salariés creusois n'ont pas apprécié que le Président de la République ne les reçoive pas en personne.

Les salariés de GMS avaient prévu de se rendre à Paris, mais lorsqu'ils ont appris qu'Emmanuel Macron se rendait près de chez eux, ce mercredi en Corrèze, ils ont décidé de solliciter une entrevue à cette occasion. Seulement voilà, l'Elysée a fait savoir qu'en raison d'un "emploi du temps incompressible", le Président de la République ne pourrait pas recevoir la délégation de GMS accompagnée d'une quarantaine d'élus creusois. On leur a proposé de rencontrer à Égletons le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'économie Benjamin Griveaux, proposition que les salariés en colère ont déclinée.

Un face à face mouvementé avec les forces de l'ordre

Arrivée à Égletons, la délégation de salariés de GMS accompagnée de nombreuses écharpes tricolores a voulu approcher de l'école des travaux publics où Emmanuel Macron était attendu, mais elle a été repoussée par des tirs de gaz lacrymogènes.

Plusieurs manifestants ont ensuite joué "au chat et à la souris" pour tenter de contourner les forces de l'ordre, allant jusqu'à défaire des clôtures pour y arriver.

Pourtant, la manifestation avait débuté dans une ambiance bon enfant. Environ 300 personnes, des GMS, des élus creusois, des militants de la CGT et de la France insoumise avaient fait le déplacement à Égletons. Le Président inaugurait ce mercredi le nouveau campus de l'EATP, l'école des travaux publics. Il était accompagné du ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer et de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.