Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des gaz lacrymogènes pour repousser les GM&S et les élus creusois en marge de la venue d'Emmanuel Macron en Corrèze

mercredi 4 octobre 2017 à 16:00 - Mis à jour le mercredi 4 octobre 2017 à 19:24 Par Isabelle Gaudin et Nicolas Blanzat, France Bleu Berry, France Bleu Creuse, France Bleu Limousin et France Bleu

Les GM&S accompagnés d'une délégation d'élus de la Creuse ont essuyé des tirs de gaz lacrymogènes ce mercredi après-midi à Égletons en Corrèze, où Emmanuel Macron était attendu. Les salariés creusois n'ont pas apprécié que le Président de la République ne les reçoive pas en personne.

Les salariés de GM&S derrière les élus en écharpe tricolore voulaient s'approcher du site où est attendu Emmanuel Macron
Les salariés de GM&S derrière les élus en écharpe tricolore voulaient s'approcher du site où est attendu Emmanuel Macron © Radio France - Nicolas Blanzat

Égletons, France

Les salariés de GMS avaient prévu de se rendre à Paris, mais lorsqu'ils ont appris qu'Emmanuel Macron se rendait près de chez eux, ce mercredi en Corrèze, ils ont décidé de solliciter une entrevue à cette occasion. Seulement voilà, l'Elysée a fait savoir qu'en raison d'un "emploi du temps incompressible", le Président de la République ne pourrait pas recevoir la délégation de GMS accompagnée d'une quarantaine d'élus creusois. On leur a proposé de rencontrer à Égletons le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'économie Benjamin Griveaux, proposition que les salariés en colère ont déclinée.

Un face à face mouvementé avec les forces de l'ordre

Arrivée à Égletons, la délégation de salariés de GMS accompagnée de nombreuses écharpes tricolores a voulu approcher de l'école des travaux publics où Emmanuel Macron était attendu, mais elle a été repoussée par des tirs de gaz lacrymogènes.

Plusieurs manifestants ont ensuite joué "au chat et à la souris" pour tenter de contourner les forces de l'ordre, allant jusqu'à défaire des clôtures pour y arriver.

Pourtant, la manifestation avait débuté dans une ambiance bon enfant. Environ 300 personnes, des GMS, des élus creusois, des militants de la CGT et de la France insoumise avaient fait le déplacement à Égletons. Le Président inaugurait ce mercredi le nouveau campus de l'EATP, l'école des travaux publics. Il était accompagné du ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer et de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.