Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Des gilets jaunes déterminés à se mobiliser de nouveau samedi dans l'Yonne

jeudi 6 décembre 2018 à 19:05 Par Denys Baudin et Thierry Boulant, France Bleu Auxerre

Les gilets jaunes demandent d'avantage. Le weekend approche et ce samedi risque de ressembler aux trois précédents avec des filtrage ou des blocages de la circulation dans le département comme à Saint-Florentin.

Gilets jaunes rassemblés à Saint-Florentin
Gilets jaunes rassemblés à Saint-Florentin © Radio France - Thierry Boulant

Saint-Florentin, France

A Saint-Florentin, une vingtaine de gilets jaunes se relaient à l'entrée de la ville depuis maintenant trois semaines. Ils seront encore là samedi, promet Morgane Ahssaini, car ils attendent davantage du président de la république : " il n'a pas répondu à _nos attentes_. Je pense qu'il se dit ils vont s'arrêter. Nous on veut qu'il écoute et qu'il nous réponde sur les taxes, qu'il augmente les retraites et aide les personnes dans le besoin. Moi j'ai ma mère de 51 ans qui touche 229 euros par mois. Elle ne peut pas se prendre d'appartement, je l’héberge depuis six ans. Qu'il prenne aux riches pour donner aux pauvres."

"Qu'il prenne aux riches  pour donner aux pauvres" - Morgane, gilet jaune 

"Il ne faut pas mélanger tout le monde . On ne sait pas ce qu’il y aura à Paris samedi mais ici c'est calme et ça restera calme" poursuit Morgane âgée de 24 ans. "On a commencé à  deux on est  vingt-cinq et on sera quarante ce week-end" . 

Répondre à nos attentes

"Augmenter le Smic serait déjà énorme" - Émilie, gilet jaune

Ces gilets jaunes florentinois ont bien entendu cette semaine les concessions du gouvernement mais ça ne suffit pas. Et chacun a son exigence comme Emilie, 26 ans, auto entrepreneuse : "il nous faudrait quelque chose nous pour vivre. Augmenter le smic serait déjà énorme." 

"Remettre l'ISF" - Jean, gilet jaune

Pour Jean, 61 ans retraité, il faut commencer par faire payer ceux qui le peuvent : " la première mesure qui pourrait me faire changer d'avis c'est remettre l'ISF." Jean 60 ans, demande lui un geste plus radical pour qu'on sorte de cette crise : "il faut changer de Président . Celui-là ne sait  pas qu'on existe, il nous dédaigne."

Prêt à passer Noël et le jour de l'an au rond-point

Les gilets jaunes de Saint-Florentin restent déterminés et ils sont prêts pour se faire entendre à rester sur leur rond point le temps qu'il faudra : " on restera même s'il faut passer Noël et le 1er janvier ici."

Des gilets jaunes déterminés à passer le temps qu'il faudra

L'appel de Guillaume Larrivé

Le député Les républicains de l'Yonne Guillaume Larrivé, appelle les gilets jaunes  " à ne pas "monter manifester à Paris samedi"   "Ce qui compte plus que tout, c'est de préserver la paix civile et sauver des vies",  souligne le député  sur Twitter.   "La rupture avec le macronisme ne doit pas se faire par le chaos, mais par le vote" conclu Guillaume Larrivé.

Le Premier ministre se dit désormais ouvert  à des discussion sur des mesures supplémentaires en faveur des salaires au niveau du Smic à condition qu'elles ne pénalisent pas "excessivement" la compétitivité des entreprises françaises. Le ministre des Finances Bruno Le Maire et son homologue chargé des Comptes publics Gérald Darmanin se sont déclarés  favorables à une prime exceptionnelle de fin d'année défiscalisée, versée par les entreprises à leurs salariés.   

Mardi soir l’Élysée a annoncé l'annulation de la hausse des taxes sur les carburants  prévue  au 1er janvier ce qui était la revendication au départ des gilets jaunes.