Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des klaxons et des bus au ralenti à Chambéry, opération escargot des salariés de Transdev et Trai

lundi 3 septembre 2018 à 18:15 Par Anabelle Gallotti, France Bleu Pays de Savoie

Toute la semaine, les salariés de Transavoie et de Trai mènent des opérations escargots dans les rues de Chambéry. Ils sont inquiets pour leurs emplois.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Anabelle Gallotti

Chambéry, France

L’opération escargot, à coup de klaxon fait du bruit dans les rues de Chambéry ! Les salariés de Transavoie Bissy et de Trai La Ravoire voient rouge. Ils sont sous-traitant du Stac, qui gère les transports en commun de Chambéry et avec l'arrivée d'un nouveau gestionnaire, en janvier prochain, ils redoutent des changements importants, voire des licenciements.  

120 salariés sont concernés

Ils sont conducteurs sur les lignes 2, 17 ou 10 ou sur les lignes scolaires de Montagnol, les Deserts, La Thuile ou Vimine. Les bus sont verts et jaunes, comme ceux du Stac, mais les conducteurs sont des sous-traitant. Un changement du gestionnaire des transports, l'arrivée de Kéolis cela pourrait vouloir dire toute une réorganisation, voire même une diminution d'activité. Or 75 % de l'activité de Transavoie, et Trai qu'on entend klaxonner cette semaine dans les rues de Chambéry, dépend du STAC. 

Opération escargot puis grève illimitée

Cette semaine, les opérations escargots n’auront pas de conséquence pour les usagers. Mais dès la semaine prochaine, le ton va se durcir. Les salariés ont lancé un préavis de grève illimité pour la semaine prochaine, les lundis et vendredis. Le syndicat majoritaire Force ouvrière souhaite une réunion avec l'élue chargée des transports à l'agglomération et avec les responsables du futur gestionnaire des transports Kéolis.