Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des médecins de l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois alertent sur un risque de pénurie de médicaments

-
Par , France Bleu Paris

Ils ont écrit à l'Agence régionale de santé d’Île-de-France pour lui faire part de leur inquiétude. Des médecins de l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) craignent une pénurie de médicaments et de matériel médical.

Hôpital Robert Ballanger d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)
Hôpital Robert Ballanger d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) © Radio France - Hajera Mohammad

Aulnay-sous-Bois, France

L'initiative est assez inédite.  Il y a une dizaine de jours, quatre-vingts médecins du CHI d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), dont l'ensemble des chefs de services, ont envoyé un courrier à l'Agence régionale de santé (ARS). Ils l'alertent sur leurs conditions de travail et les impayés de l'établissement qui risquent à terme, selon eux, de provoquer une pénurie de médicaments.

Des factures à régler depuis des mois

La liste des factures à régler est très longue, explique Bernadette Coret-Houbart, chef du service de pharmacie de l'hôpital. "Depuis le début de l'année, j'ai reçu 1 250 emails de fournisseurs qui demandent à être payés". Alors que le délai légal pour le faire est de 50 jours, certains doivent attendre jusqu'à cinq mois, voire plus

On est très souvent sur le fil du rasoir " - Bernadette Coret-Houbart, responsable de la pharmacie

Mais la responsable du service, veut être claire. "Pour le moment aucun patient n'a manqué de médicament", "on alerte sur le risque qu'il y ait un jour une pénurie parce que ça fait deux ans qu'on est sur le fil du rasoir". Il faut dire que certains fournisseurs rechignent désormais à livrer les commandes à l'établissement, "que ce soit des perfusions, des anticoagulants, de la morphine, des gants et même du papier pour l'imprimante". Et quand les stocks sont très bas, c'est souvent le système D pour les équipes : remplacer un traitement par un autre équivalent, tenter de convaincre le fournisseur, ou aller chercher le médicament dans un autre hôpital.

"Quasiment tous les produits sont concernés" - Bernadette Coret-Houbart

Une lettre pour alerter l'ARS

Les difficultés financières de l'hôpital ne datent pas d'hier : l'établissement a une dette globale de 30 millions d'euros à éponger. C'est en partie, l'objectif de la nouvelle direction, arrivée il y a un an. L'Agence régionale de santé a accordé, cette année, une dotation exceptionnelle de six millions d'euros à l'hôpital pour qu'il respire un peu, en plus des 11 millions d'euros déjà versés l'an dernier, "mais il faut recapitaliser en l'urgence" encore, selon Bernadette Coret-Houbart.

Les représentants des équipes médicales hôpital devraient êtres reçus par la direction de l'ARS, début septembre, pour faire le point sur la situation. 

Risque de pénurie de médicaments à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois