Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des menaces sur l'usine Sintertech à Oloron

mardi 26 mars 2019 à 19:17 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Le groupe Sintertech, anciennement Fédéral Mogul, a annoncé son placement en redressement judiciaire. Le site d'Oloron-Sainte-Marie emploie 70 personnes. L'avenir du groupe semble passer par un rachat.

L'usine Sintertech (ex Férédal Mogul) à Oloron
L'usine Sintertech (ex Férédal Mogul) à Oloron - Google

Oloron-Sainte-Marie, France

Sintertech va demander aujourd'hui son placement en redressement judiciaire devant le tribunal de commerce de Grenoble. Le groupe, dont le siège social est en Isère, fabrique notamment des éléments de boîte de vitesse pour véhicules diesel et emploie au total 300 salariés.  Dont 70 chez nous, dans l'usine d'Oloron, près de la caserne des pompiers. La CGT appelle ce mercredi à une grève de deux heures, et annonce que l'usine sera fermée de 11 heures à 15 heures. 

De réelles difficultés de trésorerie

Le groupe et l'usine d'Oloron sont en fait victime principalement de la crise du diesel. Le rapprochement des prix du gasoil avec celui de l'essence a fait chuter les ventes. L'américain Fédéral Mogul a vendu Sintertech en 2013 à l'industriel Thierry Morin, ancien patron de Valéo. Déjà en 2015 il y avait eu un mouvement social après des licenciements. À Oloron, on était passé de 100 à 70 salariés. Il s’avère que Thierry Morin, seul, n'a pas la surface financière pour assurer la trésorerie de Sintertech. 

Vers un rachat?

Du coup la CGT se place déjà dans la perspective d'un rachat à l'issue de ce redressement judiciaire. Un rachat par quelqu'un qui a les reins plus solides financièrement, et qui croit en l'avenir de ce secteur de la pièce auto. La CGT met en avant le savoir faire de Sintertech et de ses salariés. Le syndicat bat également le rappel des pouvoirs publics et des élus.

Un rassemblement est prévu ce matin à 11 heures sur le parking de l'usine.