Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des ouvriers agricoles Marocains de retour en Corse ?

-
Par , France Bleu RCFM

Conséquences de la crise sanitaire, l'agriculture corse cherche des solutions pour assurer la récolte de ses productions. Les vergers et les vignes sont à récolter ou à préparer, du coup le retour d'ouvriers marocains spécialisés est à l'étude. Sérieusement ...

Un ouvrier marocain, en octobre dans une exploitation de Corse
Un ouvrier marocain, en octobre dans une exploitation de Corse © Radio France - Divers

Le projet de 2 vols direct  entre l'Aéroport de Casablanca Mohammed V et celui de Bastia-Poretta est à l'étude. C'est un projet très sérieux pour certains exploitants. Les maraîchers, les producteurs de fruits d'été et les viticulteurs sont sollicités en ce moment pour recenser leur besoin en personnels. 

Des discussions sont également en cours avec la Préfecture et la Chambre d'Agriculture de Haute Corse pour voir dans quelles conditions ce pont aérien pourrait être mis en place s'il est établi que les besoins de main d'oeuvre sont tels qu'il faille avoir recours, une nouvelle fois, à la main d'oeuvre marocaine.  

Le maraîchage aurait besoin de  300 personnes, la viticulture quasiment autant, entre la taille des vignes et la récolte du raisin. Cela remplirait aisément 2 avions.  Reste le problème administratif : Il est impossible de faire venir un ouvrier et le faire passer d'une exploitation à l'autre. 

La seule possibilité serait de mettre en place un groupement d'employeur et de proposer du contrat de travail de 6 mois ( maximum ). C'est le délai maximum des contrats proposés aux ouvriers agricoles marocains invité à travailler dans les exploitations insulaires, peut-être donc de mi-mars à mi-septembre. 

Une brigade était déjà venue à l'automne dernier dans l’île. " cela avait sauvé la saison des clémentines " avouait un professionnel de ce secteur. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess