Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Le combat des salariés de GM&S Industry pour sauver leurs emplois en Creuse

Des ouvriers de chez GM&S se rendent au tribunal de commerce de Poitiers à vélo

dimanche 30 juillet 2017 à 20:50 Par Faouzi Tritah, France Bleu Berry, France Bleu Creuse et France Bleu Limousin

Une quinzaine de salariés de chez GM et S l'usine de la souterraine se rend à vélo au tribunal de commerce de Poitiers ce lundi matin à 8h. 110 kilomètres de route plus tard, ils seront là pour entendre la (l'ultime?) décision du tribunal qui examine l'unique offre de reprise formulée par GMD.

Serge fait partie de la quinzaine de salariés qui se rend  à vélo au tribunal de commerce de Poitiers
Serge fait partie de la quinzaine de salariés qui se rend à vélo au tribunal de commerce de Poitiers © Radio France - Faouzi Tritah

La Souterraine, France

Peut-être le dénouement pour les salariés de chez GM et S. Les ouvriers de chez GM et S ont rendez-vous au tribunal de commerce de Poitiers ce lundi à 18h. La justice doit se prononcer sur l'unique offre de reprise formulée par GMD. Une offre qui prévoit la sauvegarde de 120 emplois sur 277. L'usine GM et S de la Souterraine est pour l'instant placée en "liquidation avec poursuite de l'activité".

110 kilomètres à vélo

Une partie des salariés a décidé de faire le trajet La Souterraine - Poitiers à vélo au départ de l'Usine GM et S. Le départ est fixé à 8h ce lundi. Serge fait partie des nombreux cyclistes de l'usine. Malgré le poids de la fatigue avec l'attente, le stress, l'angoisse, les occupations d'usine les nuits dans des tentes qui brisent le dos, il a décidé de suivre les copains dans ce périple à vélo "on est complètement épuisé, j'aimerai bien que ce soit fini mais on n'a pas le choix il faut se battre"

On est complètement épuisé mais on n'a pas le choix il faut se battre - Serge un ouvrier de chez GM et S

Un sursis jusqu'à la fin de l'été?

Si l'on en croit Bercy et le repreneur potentiel le patron de GMD Alain Martineau, l'offre est bien ficelée avec les 15 millions d'euros d'investissement dans l'usine, de la part de l'Etat et des constructeurs Renault et Peugeot. Alain Martineau a même révélé sur France Bleu Creuse son intention de racheter les murs de l'usine. Les salariés eux avaient déjà exprimé leur souhait de voir la justice leur donner un nouveau sursis jusqu'à la fin de l'été notamment pour négocier les primes de départ.