Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Des parents de villages du Sud Territoire se mobilisent contre la suppression d'une de leurs classes

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Opération escargot et occupation des écoles : une quarantaine de parents d'élèves du regroupement pédagogique de l'écrevisse dans le sud Territoire se sont mobilisés ce lundi matin contre la fermeture de l'une de leurs classes à la rentrée prochaine.

Une dizaines de voitures et un tracteur ont été mobilisés pour l'opération escargot
Une dizaines de voitures et un tracteur ont été mobilisés pour l'opération escargot - .

Brebotte, France

Les parents d’élève du regroupement pédagogique de l’écrevisse dans le Territoire de Belfort continuent de se mobiliser. Ce lundi matin, ils ont mené une opération escargot pour ralentir le bus scolaire qui se rend dans les classes des différents villages (Brebotte, Vellescot, Boron  Grosne et Recouvrance). Ils ont également occupé symboliquement les classes de leurs enfants. Ils protestent toujours contre la fermeture d’une de leurs classes prévue pour la rentrée prochaine. La semaine dernière, ils avaient déjà envoyé une pétition de plus de 1.000 signatures. 

Les enfants étaient également mobilisés (ici dans l'école de Vellescot) - Aucun(e)
Les enfants étaient également mobilisés (ici dans l'école de Vellescot) - .

Les classes ne sont pas adaptées à des effectifs plus importants 

Pour les parents, cela veut dire des effectifs surchargés : "Actuellement il y a dans les classes de maternelle  entre 22 et 24 élèves et entre 19 et 22 en élémentaire. Si la classe ferme, il y en aura beaucoup plus" regrette Stéphanie l'une des mamans mobilisées. "Ils seraient jusqu’à 29, notamment en CP. On sait très bien que ce n'est pas favorable à l'apprentissage, sans parler du fait que les classes ne sont pas adaptées : elles sont trop petites". 

Cela fait plusieurs semaines que des banderoles ont été apposées sur les différentes écoles du RPI - Radio France
Cela fait plusieurs semaines que des banderoles ont été apposées sur les différentes écoles du RPI © Radio France - Emilie Pou

La vie même des villages menacée

Au delà de l'effectif, cette fermeture aurait selon les parents des conséquences sur la vie des villages. "Si par exemple la classe ferme à Velescot c'est l'école entière qui ferme" explique Ophélie, une autre maman : "C'est terrible pour un village une école qui ferme et ensuite c'est très dur de rouvrir, sans compter que ce n'est pas attractif pour les familles qui voudraient s'installer".  

Ce lundi matin en tout cas les parents ont reçu la visite des élus du Territoire de Belfort mais également de l’inspection d'académie. Ils ont  rendez-vous à l'inspection, le 11 avril prochain.