Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Prise en charge des personnes âgées : des professionnels alertent Emmanuel Macron et dénoncent une situation "explosive"

-
Par , France Bleu

Plusieurs directeurs de structures en charge des personnes âgées et des syndicats de professionnels du secteur adressent un courrier au président Emmanuel Macron, pour l'alerter sur la détérioration des conditions de prise en charge des personnes âgées. Ils demandent plus de moyens au gouvernement.

Les professionnels qui travaillent en maison de retraite demandent plus de moyens au gouvernement.
Les professionnels qui travaillent en maison de retraite demandent plus de moyens au gouvernement. © Maxppp - Michael Esdourrubailh

Des professionnels de santé, syndicats et directeurs d'Ehpad ont écrit ce jeudi à Emmanuel Macron pour l'alerter sur la "détérioration des conditions" de prise en charge des personnes âgées. Ils demandent des arbitrages financiers pour mettre fin à une situation qu'ils jugent "explosive".

Pour les signataires, "les familles s'épuisent et les professionnels sont au bord du gouffre"

Devant la presse, l'association des directeurs au service des personnes âgées, l'AD-PA, et des représentants de CFDT, CFTC, CGT, FO et Unsa ont signé ensemble le texte qu'ils ont adressé au chef de l'Etat. "Les personnes âgées sont insuffisamment accompagnées dans les actes de la vie quotidienne, les familles s'épuisent et les professionnels sont au bord du gouffre", écrivent-ils. "Les financements n'ont pas suivi l'augmentation du nombre de personnes âgées."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Un taux d'encadrement "largement insuffisant" pour les professionnels

Les signataire veulent "s'unir pour interpeller celui qui a l'autorité sur Bercy" et obtenir "des arbitrages financiers différents", a expliqué Pascal Champvert, le président de l'AD-PA. Ces professionnels exigent notamment de mettre en place le plus rapidement possible les ratios de personnels en fonction du degré de dépendance des résidents, préconisés dans le Plan solidarité grand âge 2007-2012. Actuellement, le taux d'encadrement est de 0,57 soignant par résident. Ce plan préconisait 0,65 et jusqu'à un pour un pour les cas de très grande dépendance.

On a quinze minutes pour lever un résident, l'emmener aux toilettes, lui faire sa toilette, le mettre à petit-déjeuner et faire son lit" - Anne-Sophie Pelletier, de la CGT

"Le taux d'encadrement est largement insuffisant, les personnels ne sont pas assez formés, les accidents du travail et les maladies professionnelles explosent, et les absents ne sont pas remplacés", a témoigné Anne-Sophie Pelletier de la CGT, ancienne porte-parole du mouvement de grève qui a touché cet été l'établissement "Les Opalines" à Foucherans (Jura). "Il faut imposer les ratios", a-t-elle poursuivi, fustigeant "des conditions de travail proches de l'usinage". "On a 15 minutes pour lever un résident, l'emmener aux toilettes, lui faire sa toilette, le mettre à petit-déjeuner et faire son lit".

Le maintien des emplois aidés

Concernant la baisse du nombre d'emplois aidés, les signataires espèrent "le maintien et la pérennisation de tous les postes occupés" car ils répondent des besoins réels". Les signataires demandent également au président le retrait de la réforme du financement des maisons de retraite, qui prévoit une convergence des dotations aux Ehpad (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) publics et privés sur sept ans, jusqu'en 2023.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess