Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des salariés d'Airbus Saint-Nazaire débrayent pour dénoncer un mal-être au travail

mardi 28 novembre 2017 à 17:15 Par Anne Patinec, France Bleu Loire Océan

A l'appel du syndicat Force Ouvrière, plus de 200 salariés d'Airbus de Gron à Montoir-de-Bretagne ont débrayé pendant une heure devant les locaux de la direction du site pour dénoncer un mal-être au travail. Ils parlent de stress, de pression croissants.

Environ 200 salariés d'Airbus ont débrayé devant les locaux de la direction du site de Gron
Environ 200 salariés d'Airbus ont débrayé devant les locaux de la direction du site de Gron © Radio France - Anne Patinec

Saint-Nazaire, France

Mardi matin puis mardi après-midi, plus de 200 salariés ont cessé le travail pendant une heure pour dénoncer un mal-être croissant dans leurs ateliers. Selon Force Ouvrière (syndicat majoritaire) , les chaînes de l'A 320 et de l'A 350 sont les plus touchées. Le carnet de commandes d'Airbus est complet pour les 9 prochaines années. Les employés doivent faire face à une montée des cadences. A Saint-Nazaire, ils fabriquent les pointes avant et les tronçons centraux de tous les avions.

On arrive à des cadences, élevées, plus d'un avion par jour pour l'A 320 et il y a vraiment une pression pour sortir les avions. Certains salariés ont du mal avec cette pression. Le taux d'absentéisme augmente.Il est temps de prendre en compte le mal-être tant qu'il est minoritaire" Fabrice Benoit, délégué Force Ouvrière

Une délégation de Force Ouvière a été reçue par des représentants de la direction du site qui compte près de 3 000 employés. Il leur a été promis l'ouverture d'enquêtes sur le stress dans les ateliers concernés.