Économie – Social

Des salariés d'EDF de Cruas et du Tricastin manifestent à Paris contre la fermeture de Fessenheim

Par Mélanie Tournadre, France Bleu Drôme-Ardèche mercredi 14 septembre 2016 à 18:38

Manifestation des salariés de la centrale nucléaire de Fessenheim contre la fermeture en juin 2015
Manifestation des salariés de la centrale nucléaire de Fessenheim contre la fermeture en juin 2015 © Maxppp -

Une trentaine de salariés des centrales nucléaires de Cruas et du Tricastin se sont joint à la manifestation, ce mercredi, dans les Hauts-de-Seine pour protester contre la fermeture programmée de Fessenheim. C'est là que se tenait le comité central d'entreprise d'EDF.

Des salariés d'EDF de la Drôme et de l'Ardéche se sont mobilisés, ce mercredi, contre la fermeture programmée de la doyenne des centrales françaises, celle de Feissenheim dans le Haut-Rhin.

Une trentaine de salariés d'EDF des centrales nucléaires de Cruas et Tricastin se sont joint à la mobilisation avec des salariés d'EDF venus de toute la France. Ils ont manifesté devant le siège du comité central d'entreprise d'EDF,  dans les Hauts-de-Seine, en Île-de-France.

Une trentaine de salariés d'EDF drôme-ardéchois ont manifesté à Paris

Les quatre syndicats représentatifs d'EDF , CGT, CFE-CGC, CFDT et FO avaient tous déposé un préavis de grève. EDF a recensé près de 5,9 % de grévistes, mercredi matin, dont certains dans les centrales nucléaires de Cruas et du Tricastin. Cet arrêt définitif de la centrale de Fessenheim prévu pour 2018 est une "aberration" pour Virginie Neumayer,  secrétaire de la CGT sur le site du Tricastin. Elle a fait le déplacement dans les Hauts-de Seine, ce mercredi, pour manifester contre cette fermeture programmée.

"C'est une aberration industrielle et économique"

Même colère du côté de Thierry Lefevre, représentant de la CFDT sur le site du Tricastin. Pour lui, "cette volonté de fermeture est idéologique". "L'Etat mène une politique énergétique électoraliste et à court-terme".

Viriginie Neumayer, de la CGT du site du Tricastin, a manifesté, ce mercredi, à Paris.

Les salariés des autres centrales ont peur pour leurs emplois

Thierry Lefevre souligne les nombreuses interrogations des agents d'EDF sur le site du Tricastin. "Réduire la part du nucléaire en France ce n'est pas rassurant pour nous. Les collègues s'inquiètent par rapport à l'avenir du nucléaire en France".

"Est-ce-que nous serons les prochains à fermer ?" 

Certains employés du site du Tricastin se demandent s'il ne sont pas les prochains sur la liste et si leurs emplois ne seront pas remis en cause dans les prochaines années.

Thierry Lefevre, représentant de la CFDT sur le site du Tricastin soulignedes inquiétudes de ses collègues.