Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des salariés de DTF Médical en grève pour dénoncer le plan de sauvegarde de l'emploi

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Un mouvement de grève a débuté cette semaine chez DTF médical à Saint-Étienne. Mardi et mercredi, une partie des 80 salariés de ce fabricant de tire-lait mais aussi d'inhalateurs a débrayé pendant près de trois heures. Ces salariés rejettent le plan de sauvegarde de l'emploi lancé fin mars.

© Radio France - Tifany Antkowiak

Une vingtaine de salariés de DTF Médical se sont rassemblés mercredi en fin de matinée devant le siège du fabricant de matériel médical à Saint-Étienne (Loire), dans le quartier du Technopole. DTF fabrique notamment des tire-lait et inhalateurs. Une partie de son personnel est en grève depuis le début de la semaine pour contester le plan de sauvegarde de l'emploi lancé fin mars par la direction, pour tenter de sauver l'entreprise en difficulté depuis plusieurs mois et qui emploie encore 80 personnes environ. 

Déjà une vingtaine de départs en six mois

Quinze postes doivent disparaître, mais la direction prévoit en parallèle douze créations pour renforcer ses activités à l'export. La CFDT dénonce une incohérence mais surtout un mépris des salariés visés par les départs. Après deux mois de négociations, le syndicat refuse l'accord proposé par la direction, il juge insuffisante l'offre de reclassement et de formation."On a décidé aussi de ne pas suivre parce qu'on nous a proposé 5.000 euros par personne de prime supra-légale, mais les gens ont treize ans d'ancienneté chez DTF... donc quel remerciement on a ?", lance Yasmina Gondard. La déléguée du personnel CFDT souligne par ailleurs l'attachement des salariés à leur entreprise et aux produits qu'ils fabriquent. 

Son collègue Thierry Ramsamy, également représentant CFDT, est plus amer. "On a le sentiment d'avoir été baladé", lâche-t-il. Il explique que les salariés s'inquiètent depuis plusieurs mois de la santé de DTF Médical, que la direction a d'ailleurs été alertée. Pour lui, il y a eu des erreurs stratégiques ces dernières années, comme "la création d'une filiale en Allemagne qui a créé zéro centime".  Thierry Ramsamy explique que l'entreprise a déjà subi des restructurations, avec "une vingtaine de départs en six mois, soit des démissions, soit des ruptures conventionnelles"

Remboursements revus à la baisse

Au-delà des choix pointés du doigt par l'organisation syndicale, l'entreprise fondée au début des années 1950 à Saint-Étienne a rencontré des difficultés liées à l'évolution des mécanismes de remboursement des tire-laits et de l'aérosolthérapie, deux piliers de l'activité de DTF Médical. C'est bien ce contexte qui justifie la restructuration que connaît l'entreprise, explique son gérant, Jean-Philippe Massardier, qui parle de "30% de réduction de la prise en charge des tire-lait"

Le dirigeant estime que le dialogue a été très constructif avec les représentants du personnel, et dit regretter l'absence d'accord au final. "L'objectif pour nous c'était d'essayer de privilégier le repositionnement professionnel et l'accompagnement du personnel concerné par les départs; après, il y avait sans doute des attentes supplémentaires. Je comprends que cela crée de la frustration, mais nous faisons avec nos moyens", commente Jean-Philippe Massardier.