Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une manifestation devant la centrale thermique du Havre, dont l'avenir est incertain

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Une trentaine de salariés de la centrale thermique du Havre et de représentants de la CGT ont manifesté mardi 26 février. Ils dénoncent l'incertitude autour de l'avenir du site, qui pourrait être fermé en 2022.

Les salariés ont manifesté à l'appel de la CGT devant la centrale thermique du Havre
Les salariés ont manifesté à l'appel de la CGT devant la centrale thermique du Havre © Radio France - Jérôme Collin

L'avenir de la centrale thermique à charbon du Havre est très flou. Emmanuel Macron avait annoncé son intention de fermer les quatre derniers sites en France en 2022. La perspective d'une reconversion en centrale biomasse est encore envisageable, mais il n'y a rien de concret pour l'instant. Une période difficile à vivre pour les 160 salariés de la centrale thermique, qui fait vivre au total près d'un millier d'emplois directs et indirects. "On ne sait pas ce qu'on va devenir. On ne peut pas avoir de projets familiaux. C'est traumatisant pour les enfants aussi de ne pas savoir où ils seront prochainement", témoigne un salarié.

"De la rancœur contre Édouard Philippe"

Les salariés du Havre dénoncent le deux poids deux mesures, entre le site du Havre et celui de Cordemais, en Loire-Atlantique. Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a indiqué à la mi-janvier qu'un projet de reconversion en centrale biomasse était à l'étude. Même si rien n'est confirmé, il y a des avancées concrètes qu'il n'y a pas au Havre, dénoncent le personnel. "On a beaucoup de rancœur envers notre ancien maire. Édouard Philippe, on comptait sur lui pour qu'il parle du Havre. Mais là, c'est silence complet. Nous, on ne va pas l'oublier, on ne va pas le rater", expliquent deux salariés.

Une trentaine de salariés et de syndicalistes de la CGT ont manifesté devant la centrale thermique du Havre
Une trentaine de salariés et de syndicalistes de la CGT ont manifesté devant la centrale thermique du Havre © Radio France - Jérôme Collin

Quel impact sur l'environnement ?

Pour justifier la fermeture de ces centrales à charbon, Emmanuel Macron avait mis en avant la protection de la planète. Un argument qui ne tient pas selon Frédéric Guérin, syndicaliste à la CGT. "Macron veut donner l'exemple au monde entier, mais il ne va convaincre personne. _Ces quatre centrales en France représentent 1,5% des émissions de gaz à effet de serre_. Ça ne me semble pas beaucoup. Si on ferme, on va devoir importer de l'énergie depuis l'Allemagne, la Pologne, une énergie produite avec du charbon et qui est encore plus polluante", déplore Frédéric Guérin. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess