Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

Des salariés de Tesca au Cheylard contestent leur licenciement

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche
Le Cheylard, France

Une trentaine de salariés de l'entreprise Tesca au Cheylard contestent leur licenciement pour raisons économiques devant le conseil des prud'hommes d'Annonay. Ce fabricant de tissu pour siège automobile a annoncé le 25 septembre dernier la fermeture de son site ardéchois.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Noémie Guillotin

Le site ardéchois de Tesca a-t-il été sacrifié au nom de la stratégie générale du groupe ? Oui répond la CGT qui ne croit pas aux difficultés financières du site du Cheylard. 

Un site sacrifié dit la CGT

Pour la CGT, l'argument des pertes financières ne tient pas. Ou plutôt dit le syndicat, les pertes ont été organisées par le groupe. En augmentant fortement les prix de vente au principal client, Chomarat, Tesca savait qu'il allait le perdre. Et c'est ce qui s'est passé. 

La CGT dénonce également l'argent public investi sur le site sous forme de crédit impôt recherche et de crédit impôt compétitivité emploi. Un investissement qui n'a pas créé un seul emploi puisque finalement 50 emplois sont supprimés.   

Une des machines acquise grâce à l'argent public a été transféré vers le site espagnol s'indigne la CGT. 

Le syndicat accompagne 30 des 50 salariés devant le conseil des prud'hommes d'Annonay pour contester leur licenciement pour raison économique. 

Le site du Cheylard victime de la crise de l'automobile explique la direction

La direction du site évoque la crise qui touche le secteur automobile pour expliquer cette fermeture. Une crise qui a débuté en 2018. Le site a perdu de l'argent en 2018 et en 2019 dit Christophe Debard, le directeur de Tesca au Cheylard. Et il explique qu'il était impossible au groupe de garder ce site ardéchois sous peine de provoquer des difficultés pour l'ensemble de ce groupe mondial. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess