Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

Des syndicats de General Electric à Belfort envisagent de porter plainte contre l'Etat

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

A l'issue d"une nouvelle réunion entre les syndicats de General Electric à Belfort et Bourogne, le gouvernement, et la direction du groupe américain, la CFE-CGC et Sud annoncent ce vendredi envisager "sérieusement" de porter plainte contre l'Etat qu'ils accusent de laisser faire

Philippe Petitcolin (CFE-CGC) et Alexis Sesmat (Sud)
Philippe Petitcolin (CFE-CGC) et Alexis Sesmat (Sud) © Radio France - Adeline Divoux

"General Electric n'a aucune intention de défendre un projet à Belfort, et l'Etat est passif, voire complice" résument, amers, Philippe Petitcolin et Alexis Sesmat, représentants CFE-CGC et  Sud de General Electric à Belfort et Bourogne. Après un sixième entretien ce vendredi avec la direction du groupe américain, et des représentants du ministère de l'Economie, et au bout d'un an de discussions, l'intersyndicale, face à la "passivité" de l'Etat, et au "travail de destruction du savoir-faire" des salariés de General Electric, annonce envisager "sérieusement" de porter plainte. 

Une première plainte avait été retirée

"Nous avons confié le dossier à son cabinet d’avocat pour de faire valoir les droits de salariés de GE EPF devant les tribunaux de la République Française" précisent les syndicats CFE-CGC et Sud de Belfort, rappelant qu'une première plainte avait été déposée, avant d'être retirée. Cette plainte consistait à dire que les accords signés en 2014 en échange du rachat de la branche énergie d'Alstom par General Electric n'ont pas été respectés par le groupe américain : le groupe s'était engagé à créer notamment 1000 emplois en France. Or six ans plus tard, General Electric a fait fondre les effectifs du groupe. A Belfort et Bourogne, un plan social a supprimé 485 emplois au cours de l'année 2020.

Des engagements non respectés 

Les deux syndicats mettent en avant également le fait que la plainte avait été retirée en octobre 2019, car General Electric avait pris d'autres engagements : créer 200 emplois sur le site de Belfort et de Bourogne d'ici 2022, repositionner Belfort comme centre d'excellence. Or aucune de ces promesses n'est tenue estiment Philippe Petitcolin, et Alexis Sesmat, respectivement représentants de CFE-CGC et Sud. "Il ne se passe rien, et GE n'a aucune intention de défendre un projet. Belfort n'est plus un quartier général, aucun responsable mondial n'est localisé à Belfort".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess