Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réforme des retraites : des tensions dans la manifestation lilloise

-
Par , , France Bleu Nord

Entre 6 000 et 15 000 personnes ont défilé à Lille lors de la quatrième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, qui a été émaillée par quelques incidents. À la fin de la manifestation, le quartier de la Place de la République a été plongé dans le noir.

Les syndicats ont affiché l'unité à l'avant du cortège lillois
Les syndicats ont affiché l'unité à l'avant du cortège lillois © Radio France - Louise Thomann

Cheminots, pompiers, électriciens, gilets jaunes, enseignants... Entre 6 000 et 15 000 personnes ont défilé à Lille, jeudi après-midi, lors de la 4e journée de mobilisation interprofessionnelle contre la réforme des retraites. Le défilé a été émaillé par des incidents : des vitrines dégradées, des jets de projectiles sur la police de la part de certains manifestants habillés de noir. Les forces de l'ordre ont répliqué à coups de grenade lacrymogène et la Grand Place, avec sa grande roue de Noël, a été plongée dans un épais brouillard.

Il y a eu plusieurs interpellations mais la préfecture refuse de communiquer un chiffre. Selon la police, un fonctionnaire a été blessé.

À la fin de la manifestation, le quartier autour de la Place de la République a été plongé dans le noir. Enedis confirme qu'il s'agit d'un acte de malveillance. 

Plus tôt dans la journée, c'est à Hazebrouck que 2 000 foyers et entreprises ont été privés d'électricité. À la centrale nucléaire de Gravelines, les syndicats annoncent la poursuite de leur mouvement ce vendredi. 400 manifestants ont bloqué jeudi matin les accès du site. Selon la CGT, il y a eu une baisse de la production d'énergie. Cela ne perturbe pas la production, assure la direction.

À Dunkerque, 2 000 personnes ont défilé selon la police. Certains manifestants ont envahi les voies de la gare, ce qui a paralysé le trafic des trains.  

Les manifestations ont été plus calmes jeudi matin à Calais, où ils étaient un millier, comme à Douai. Ils étaient 1 400 à Arras et 1 500 à Boulogne, selon les forces de l'ordre.

Plusieurs centaines d'avocats en grève ont également bloqué jeudi matin les entrées du tribunal de grande instance de Lille et empêché la tenue des audiences. Comme leurs confrères de Douai et Saint-Omer, ils ont  jeté symboliquement leurs robes à terre pour "exiger la pérennité de leur régime autonome" et réclamer plus de moyens pour la justice. 

Le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, doit recevoir vendredi matin des représentants de la Conférence régionale des bâtonniers des Hauts-de-France (COBHAF).

Vendredi, la circulation des trains devrait s'améliorer dans la région, au 37e jour de mobilisation des cheminots. Un TER sur 2 sera en circulation et  le trafic sera quasiment normal pour les TGV sur l'axe Nord

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu