Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ils plantent des tentes pour dénoncer la fin de la trêve hivernale à Amiens

- Mis à jour le -
Par France Bleu Picardie, France Bleu

Environ quarante manifestants, dont une vingtaine de sans-abris, se sont rassemblés ce samedi à Amiens pour dénoncer la fermeture de places d'hébergement avec la fin de la trêve hivernale. Ils sont d'abord entrés dans le hall de la mairie avant de rejoindre la préfecture.

Les manifestants se sont rassemblés devant la mairie d'Amiens avant de rejoindre la préfecture
Les manifestants se sont rassemblés devant la mairie d'Amiens avant de rejoindre la préfecture © Radio France

Ils sont venus munis de tentes et de banderoles, manifester dans le hall d'accueil de la mairie d'Amiens. Environ quarante personnes ont fait le déplacement, dont une vingtaine de sans domicile fixe, pour dénoncer la fermeture de places d'hébergement avec la fin de la trêve hivernale.
Une mobilisation peu habituelle pour Océane, 19 ans, qui dort à la rue depuis deux ans : "Cette année, on s'est dit qu'on ne pouvait pas rester les bras croisés à ne rien faire, à chercher un endroit où aller le soir. Du coup, on a écrit une pétition et il y a eu 114 signatures".

Banderoles déployées par les manifestants - Radio France
Banderoles déployées par les manifestants © Radio France

Selon les manifestants, la préfecture de la Somme s'apprêterait à fermer 130 places d'hébergement dans le département. Cette situation inquiète de nombreux sans-abris, comme David, 28 ans. "Les lits ne sont pas encore fermés, mais je galère déjà énormément pour aller au 115. Je galère tous les soirs, je suis obligé de squatter les halls d'immeuble et hier soir, j'ai dû dormir dans un local poubelle", raconte ce sans domicile fixe, originaire de Marseille et arrivé à Amiens l'été dernier.

Après leur action à la mairie d'Amiens, les manifestants se dirigent vers la préfecture pour planter leurs tentes dans le jardin du préfet. C'était l'objectif initial, quelque peu perturbé par l'intervention des forces de l'ordre. La rue de la République, où se situe la préfecture de la Somme, est bloquée par un camion de police. Les manifestants décident donc de planter leurs tentes à même le sol, sur la route.

Kanfkaba tient deux tentes à la main. Ce Guinéen de 22 ans dort régulièrement à la rue, alors il tenait à être présent à la manifestation pour dénoncer les conditions d'accueil à Amiens. "On n'a pas le droit de revendiquer nos droits, on a peur d'être poursuivis, d'avoir des problèmes. Donc, tout ce qu'on te fait, tu es obligé d'accepter", soupire le jeune demandeur d'asile.

Kanfkaba, demandeur d'asile originaire de Guinée Conakry - Radio France
Kanfkaba, demandeur d'asile originaire de Guinée Conakry © Radio France

Les manifestants n'ont pas été reçus par la préfecture ce samedi, mais une porte-parole leur a promis qu'ils pourraient avoir un rendez-vous la semaine prochaine.  La préfecture met en avant les 57 places supplémentaires, ouvertes pour l'hiver, qui vont être maintenues puis fermées progressivement jusqu'au 30 juin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu