Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des travailleurs handicapés du Territoire de Belfort lancent leur marque de maroquinerie

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

L'ESAT de Cravanche qui accueille près de 200 travailleurs en situation de handicap, inaugure sa marque de produit de maroquinerie ChickyPop. Ceintures ou portes-carte en cuir sont fabriqués au sein des ateliers, avec pour objectif de changer le regard de la société sur le handicap.

Un site internet dédié à la vente en ligne sera proposé dans les mois à venir
Un site internet dédié à la vente en ligne sera proposé dans les mois à venir © Radio France - Wassilla Guittoune

L'atelier cuir de l'ESAT de Cravanche, dans le Territoire de Belfort, qui accueille 8 personnes en situation de handicap intellectuel ou psychique, présente ce mercredi sa marque d'accessoires de cuir, baptisée ChickyPop. Plus d'une centaine de ceintures, porte-monnaies, et porte-cartes sont ainsi proposés à la vente. L'objectif est de valoriser le travail des personnes accompagnées par la structure, d'ouvrir l'établissement à l'extérieur, et de tenter de changer le regard du grand public sur le handicap

Les artisans maroquiniers présentent leurs ouvrages
Les artisans maroquiniers présentent leurs ouvrages © Radio France - Wassilla Guittoune

Objectif : former des personnes exclues de la société à cause de leur handicap 

Kheira, Julien, Laïla, Magali, Nathalie, Patrick, Samia et Valérie sont apprentis artisans-maroquiniers, formés pendant 3 ans par l'ESAT de Cravanche. Leur parcours, pour certains, a été parfois chaotique rappelle Julie Schemyte, psychologue au sein de la structure depuis 14 ans : "Il y a des grandes souffrances, des personnes avec des parcours de vie scolaire où ils se sont sentis _à l'écart, en difficulté_, avec le sentiment d’être à part, pas reconnu. Il y a aussi de la souffrance au quotidien quand il faut faire des démarches, et que ce n'est pas adapté. La société se transforme, mais c'est long". Arnaud Michel, le chef d'atelier, en charge de la formation des apprentis, souligne également le fait que "certains se font violence parfois pour être là chaque matin à l'heure en bonne santé si possible".

ChickyPop, une reconnaissance du travail des artisans 

C'est donc avec une certaine fierté que Julien, 32 ans, présente ses ouvrages, des ceintures aux couleurs éclatantes : "J'ai appris à utiliser une machine à coudre, à me servir d'une presse, à découper le cuir, positionner les agrafes. C'est valorisant, rien que le fait d'avoir une activité professionnelle,  de se sentir utile, de se lever le matin, d'avoir un rythme et puis de faire de jolies choses. Avant d'être ici, je me considérais comme pas doué de mes mains, et je me rends compte que je peux faire de jolies choses". Avant d’être formé à l'ESAT, le trentenaire est passé par une période d'hospitalisation. Les médecins donnent un nom à sa maladie : trouble bipolaire, un trouble qui l’empêche à l’époque d'imaginer un avenir : "Le travail en milieu ordinaire, avec les horaires, les conditions de travail n'étaient pas adaptés à ma pathologie. Cette société consumériste, où la productivité et la compétition broie déjà des personnes sans handicap, alors pour des personnes avec un handicap c'est encore plus dur".

Un produit ChickyPop acheté par tous les Français et fabriqué à grande échelle ?

Le projet de création de marque, imaginé depuis 3 ans par la direction de l'ESAT, a fait l'objet d'une réflexion avec une entreprise spécialisée dans la communication, mais l'ESAT écarte d'emblée l'idée d'une production à grande échelle. L'objectif, est de rester "un projet humaniste", précise Corinne Redersdorff, directrice de l'ESAT de Cravanche : "On aimerait que chaque Français ait un accessoire Chickypop mais on n'est pas du tout dans ces approches de productivité, de l'objectif de production journalier. La réflexion sur cette diversification, c'était surtout d'imaginer un nouveau type d'activité de formation pour les personnes qu'on accueille et qui ont avant tout plein de compétences et plein de potentiel et c'est cela qu'on voulait montrer au grand public. On veut casser les représentations associées aux handicapés et offrir un moyen de changer le regard sur le handicap".

Des accessoires bientôt disponible en vente en ligne

Les accessoires, dont le cuir est originaire d'une tannerie des Vosges, seront proposés à des tarifs allant de 20 à 50 euros. L'ESAT lancera prochainement un site de vente en ligne. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess