Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des vestiges de la guerre retrouvés dans des fouilles archéologiques à la cathédrale de Rouen

jeudi 17 janvier 2019 à 18:20 Par Simon De Faucompret, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Rouen veut s'embellir avant l'Armada : la métropole a prévu de dépenser 35 millions d'euros sur trois gros chantiers en centre-ville. Notamment sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame : des fouilles archéologiques ont lieu jusqu'au 1er février sur 500 m².

Parmi les débris calcinés, les archéologues ont exhumé des pépites : "On a la plaque de la rue du Change".
Parmi les débris calcinés, les archéologues ont exhumé des pépites : "On a la plaque de la rue du Change". © Radio France - Simon de Faucompret

Rouen, France

Il y a quelques trous dans le centre de Rouen en ce moment ... Notamment en bas du parvis de la cathédrale Notre-Dame, avec un chantier archéologique de 500m², commencé lundi 14 janvier. Le projet est mené par l'Inrap, l'Institut national de recherches archéologiques préventives, et doit durer jusqu'au 1er février.

Vestiges d'un quartier de l'époque moderne

"On a réussi à sortir les restes d’un quartier d’habitation d’époque moderne", se réjouit Sylvain Mazet, directeur de l'Inrap en Seine-Maritime et dans l'Eure. "Il y a eu un incendie ici en 1944." La plupart des vestiges date de deux ou trois siècles, mais il y a aussi une cave datant du Moyen-Âge ! Et même ... "Un bunker en béton armé", glisse Bénédicte Guillot, archéologue en charge de ces fouilles.

Une demi-douzaine d'agents de l'Inrap a trois semaines pour boucler le chantier sur le parvis de la cathédrale, malgré le vent et la boue. - Radio France
Une demi-douzaine d'agents de l'Inrap a trois semaines pour boucler le chantier sur le parvis de la cathédrale, malgré le vent et la boue. © Radio France - Simon de Faucompret

Parmi les débris calcinés, l'archéologue et ses collègues ont même exhumé des petites pépites ... "On a la plaque de la rue du Change", révèle-t-elle en montrant l'objet rouillé. "Les plaques de Rouen ressemblaient à ça, à l’époque !"

Ça fait partie de l'Histoire de Rouen.

Elle sort d'autres petits objets, parfois bien curieux : "On a aussi l’état de bouteilles en verre, après un incendie … Et on a des trousses à pharmacie, avec les restes d’étiquettes. On garde tout ça, parce que ça fait partie de l’Histoire de Rouen."

"On a aussi l’état de bouteilles en verre, après un incendie." - Radio France
"On a aussi l’état de bouteilles en verre, après un incendie." © Radio France - Simon de Faucompret

35 millions d'euros pour embellir Rouen

En plus de ces fouilles près de la cathédrale, les travaux continuent plus loin au Vieux Marché mais aussi dans le quartier des musées. Ces trois projets font partie du projet "Cœur de métropole". Un projet total de 35 millions d'euros pour embellir le centre de Rouen avant le début de l'Armada (ce fameux rassemblement de grands voiliers !) le 6 juin prochain. 

Un mal pour un bien d'après Philippe Coudy, gérant de la brasserie Paul juste à côté des travaux : "Ce chantier est nécessaire pour l’embellissement de notre ville, et plus particulièrement de notre place", juge-t-il. "Les arbres cachaient la vue sur la cathédrale. Quand ce sera fini, il y aura un effet « Wahou » beaucoup plus fort pour nos touristes !"

Les commerçants espèrent voir ces travaux finis dès avril ou mai, pour pouvoir installer leur terrasse sur des places flambant neuves.

Le descriptif du chantier de fouilles par Sylvain Mazet, directeur de l'Inrap en Seine-Maritime et dans l'Eure.