Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

VIDÉO - Des violences à Paris en marge de la mobilisation des gilets jaunes, des magasins pillés sur les Champs-Elysées

-
Par , , France Bleu Paris, France Bleu

Des heurts ont éclaté sur les Champs-Elysées, ce samedi, en marge de la dix-huitième journée de mobilisation des gilets jaunes. La brasserie Fouquet's, classée monument historique, a été endommagée lors des manifestations. Anne Hidalgo, maire de Paris condamne fermement les débordements.

Manifestation Gilets jaunes sur les Champs Elysées samiedi 16 mars
Manifestation Gilets jaunes sur les Champs Elysées samiedi 16 mars © AFP - Geoffroy VAN DER HASSELT

Les gilets jaunes avaient annoncé une grosse journée de mobilisation pour coïncider avec la fin du grand débat national. Des violences ont éclaté, ce samedi, sur les Champs-Elysées, en marge de la manifestation, rappelant certaines journées de mobilisation fin novembre et début décembre.

Jets de pavés et incendies

Des manifestants, pour beaucoup vêtus de noir, capuche sur la tête, ont lancé des pavés sur les forces de l'ordre, qui ont répliqué avec du gaz lacrymogène et des canons à eau pour les tenir à distance. Sur les Champs-Elysées, des casseurs ont également pillé plusieurs magasins. Le célèbre restaurant Le Fouquet's, déjà pillé dans la matinée, a vu son auvent brièvement incendié. Plusieurs kiosques a journaux ont également été incendiés.

Une banque a complètement brûlé dans un autre incendie. Le feu s'est propagé à tout l'immeuble, situé boulevard Roosevelt. Le bâtiment a dû être évacué, faisant 11 blessés légers, dont "une femme et son bébé coincés au deuxième étage", selon les pompiers.

Selon les chiffres de la préfecture de police en fin de journée, 237 personnes ont été interpellées, dont 106 placées en garde à vue. Il y a également 17 blessés chez les forces de l'ordre, ainsi qu'un pompier et 42 manifestants. 

Les membres du gouvernement réagissent sur les réseaux sociaux :

"C'est une journée noire pour Paris" - Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris

La cellule de crise de la ville de Paris a été activée. Le premier adjoint Emmanuel Grégoire décrit "une casse quasi systématique des magasins sur les Champs-Elysées, mais aussi dans le secteur Haussmann ou des Halles, sans compter les bâtiments et les kiosques brûlés." 

Pour Emmanuel Grégoire, "tout laisse à penser que le bilan des dégâts sera le pire depuis le début du mouvement."

"Pendant une grande partie de la journée, des centaines de personnes ont pu casser, regrette le premier adjoint. Cette espèce d'impunité témoigne d'un problème de maintien de l'ordre."

"Le même jour, près de 50.000 personnes ont défilé pour le climat à Paris. Elles n'ont pas cassé un pot de fleur !" - Emmanuel Grégoire

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu