Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : deux chercheuses de Montpellier lancent une étude autour du confinement

-
Par , France Bleu Hérault

Chercheuses en économie à l'Université de Montpellier, Marlene Guillon et Pauline Kergall viennent de lancer une enquête en ligne avec pour thème : le confinement. Elles espèrent un maximum de réponses et des profils variés.

Le confinement est entré en vigueur en France le 17 mars 2020
Le confinement est entré en vigueur en France le 17 mars 2020 © AFP - Juliette Pavy

Les opinions et les attitudes adoptées par les français face au confinement mis en place pour lutter contre le coronavirus. Voici le thème de l'enquête lancée par deux chercheuses de la faculté d'économie de Montpellier. Il s'agit d'un questionnaire en ligne, avec une cinquantaine de questions portant sur notre profil, sur les conditions dans lesquelles nous sommes confinés, sur la perception que nous avons des mesures gouvernementales et du danger lié au virus, et sur les raisons pour lesquelles le confinement est plus ou moins bien accepté et appliqué. 

2.000 à 3.000 réponses attendues

Pour y répondre, il faut avoir au moins 18 ans. Les réponses doivent être sincères et spontanées, elles sont anonymes et seront analysées de manière "purement statistiques". Il s'agit d'une recherche académique, les données pourraient être publiées dans une revue scientifique, et pourraient inspirer les politiques publiques, notamment en matière de stratégie de communication par rapport au confinement. 

Des profils variées

Pour obtenir des résultats statistiques valides, les chercheuses estiment avoir besoin de 2.000 à 3.000 réponses, mais elles souhaitent surtout que leur échantillon soit le plus possible représentatif de la société (âge, lieu, catégorie socio-professionnelle, etc...).

Pour l'heure, les participants sont surtout issus de la région Occitanie et du Grand-Est, et ce sont surtout des femmes (75%). Elles espèrent ainsi que des hommes, et notamment âgés de plus de 50 ans, vont participer d'ici le 11 mai, date de la fin de leur étude. 

Marlene Guillon explique de quoi elle a besoin

Choix de la station

À venir dansDanssecondess