Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Deux cortèges le 17 novembre à Limoges, "pour qu'on arrête de nous prendre pour des vaches à lait !"

mardi 6 novembre 2018 à 8:43 - Mis à jour le mardi 6 novembre 2018 à 14:56 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

Le collectif à l'origine de l'appel à manifester et bloquer les routes le 17 novembre constate une "énorme mobilisation" contre la hausse des prix et des taxes sur les carburants. Deux opérations escargots sont annoncées à Limoges.

Pierre Buonocore est l'un des organisateurs de la manifestation du 17 novembre à Limoges.
Pierre Buonocore est l'un des organisateurs de la manifestation du 17 novembre à Limoges. © Radio France - Jérôme Edant

Limoges, France

"On va le faire d'abord pour se faire remarquer", explique Pierre Buonocore, "pour que le gouvernement comprenne que les Français en ont marre de toutes ces amputations du pouvoir d'achat". Ce DJ bien connu à Limoges, fait partie du collectif qui organise le blocage du 17 novembre contre la hausse des prix et des taxes sur les carburants, il répondait ce mardi matin sur France Bleu Limousin aux 3 questions de Jérôme Edant.

"On n'est pas des imbéciles !

En faisant le plein samedi dernier, Pierre Buonocore a refait ses calculs : "en l'espace de quelques mois, on a pris 30% d'augmentation sur le diesel !". Et les alternatives avancées par le gouvernement le font bondir. "Quand on nous explique que c'est pour inciter les gens à laisser leur voiture diesel pour prendre un peu plus les transports en commun, faut arrêter... On n'est pas des imbéciles !", résume-t-il, soulignant le caractère incontournable de la voiture en milieu rural, et notamment pour des professions comme les infirmiers ou les ambulanciers. 

Une organisation "apolitique"

A entendre Pierre Buonocore, la mobilisation s'annonce "énorme, et tout le monde a envie de se battre pour qu'on arrête de nous prendre pour des vaches à lait". Se pose cependant la question de la récupération par l'extrême-droite, notamment du fait de la présence dans le collectif de Christophe Lechevallier, qui avait accueilli Marine Le Pen sur sa ferme pour un meeting durant la campagne présidentielle de 2017. "Il est arrivé parce qu'on l'a sollicité, pas à sa demande", explique Pierre Buonocore, "et si on raisonne comme ça, faut-il exclure des manifestations les 30 à 35% de gens qui ont voté pour Marine Le Pen à la présidentielle ? C'est le ridicule à 100% de penser ça, nous on est apolitiques". 

Deux opérations-escargots qui vont se rejoindre

Un collectif qui prévoit une manifestation deux-en-un le 17 novembre à Limoges. Un premier cortège partira des ronds-points de Grossereix pour aller vers l'aéroport et revenir au centre-ville par la route d'Angoulême, le second arrivera de la Valoine. Les deux se rejoindront rue Armand Dutreix pour aller vers la préfecture. Pas question de bloquer la ville car "ça demanderait une présence énorme, et surtout des gens habilités à contenir les excès de ceux qui vont vouloir passer", explique Pierre Buonocore.