Économie – Social

Deux fleurons de l'industrie ardéchoise mis en vente

Par Germain Treille, France Bleu Drôme-Ardèche jeudi 24 septembre 2015 à 5:45 Mis à jour le jeudi 24 septembre 2015 à 10:31

entreprise pmi pme
entreprise pmi pme © Radio France - Fotolia

Coup sur coup, mercredi après-midi, on a appris la mise en vente de la société Milliken, qui fabrique du fil industriel à St-Julien-en-St-Alban, et de la branche auto de Chomarat au Cheylard.

Le secteur industriel de l'Ardèche se serait bien passé de cela. Et il pourrait y avoir des conséquences sur l'emploi redoutent les syndicats. D'abord, la mise en vente de Milliken. Le groupe américain estime que le site ardéchois, dans la Vallée de l'Ouvèze, n'est pas suffisamment rentable. 60 salariés sont concernés. La direction leur a déjà proposé, la loi l'exige, de reprendre l'ensemble en SCOP, société coopérative et participative. Cette annonce a surpris tout le monde car le travail ne manque pas selon un salarié que nous avons contacté. Aucun repreneur ne s'est pour l'instant manifesté selon nos informations. Un comité d'entreprise doit se dérouler ce jeudi.  

Le sort de Chomarat au Cheylard

Ensuite, il y a la mise en vente de la branche auto de Chomarat au Cheylard. 56 personnes y travaillent, elles font du tissu industriel pour les sièges des voitures PSA et Renault notamment. Ici, un repreneur américain, la société FERN, basée en Caroline du Sud, montre son intérêt, cela pourrait même aboutir en début d'année prochaine. La direction de Chomarat explique qu'il s'agit d'un bon dossier qui ne devrait avoir aucun impact sur l'emploi.