Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Deux réfugiés Afghans au fourneau dans une boulangerie de Coutances

-
Par , France Bleu Cotentin

Pour pallier au manque de personnel, le patron de la boulangerie "Au chant du pain" à Coutances, dans la Manche, a recruté deux réfugiés Afghans. Ali, 21 ans et Iqbal, 27 ans. Il ne trouvait personne pour travailler sur les heures d'après-midi

Pour pallier au manque de personnel, Jean-Michel Bellamy a recruté Ali et Iqbal, deux migrants afghans
Pour pallier au manque de personnel, Jean-Michel Bellamy a recruté Ali et Iqbal, deux migrants afghans © Radio France - Jacqueline FARDEL

Coutances, France

Deux migrants sont désormais au fourneau à la boulangerie "Au chant du pain" à Coutances.  Pour pallier au manque de personnel, le patron a recruté deux Afghans. 

Ali, 21 ans, est arrivé en août 2018 d'abord comme ouvrier. Aujourd'hui il a commencé son apprentissage à l'IFORM de Coutances.  Et en août dernier, c'est Iqbal, 27 ans, qui est arrivé en renfort l'après midi.

Au départ c'est justement la difficulté à trouver du personnel pour travailler l'après midi qui a motivé le patron Jean-Michel Bellamy, installé à Coutances depuis 21 ans, avec une équipe de 13 personnes aujourd'hui. Pour lui c'est une stratégie donnant-donnant : "le problème est de recruter des boulangers pour le travail l'après midi alors qu'on en a besoin. J'ai trouvé cette solution alors qu'aujourd'hui c'est compliqué de faire travailler nos jeunes. Ali s'est très bien adapté, l'année s'est bien  passée et il pu prendre son autonomie, trouver un appartement, ça permet de les aider aussi, alors qu'ils sont passés par des situations très difficiles ."

'On apprend beaucoup à la boulangerie " disent en chœur Iqbal et Ali,; réfugiés afghans - Radio France
'On apprend beaucoup à la boulangerie " disent en chœur Iqbal et Ali,; réfugiés afghans © Radio France - Jacqueline FARDEL

De futurs ouvriers qualifiés

Depuis son embauche Ali maîtrise de mieux en mieux la langue française et la pâtisserie, même si ce n'était pas son rêve quand il est arrivé en France en 2017. Ce passionné de foot voulait devenir prof de sport ou de géo. 

Aujourd'hui je suis bien. J'aurais préféré être professeur, mais c'est la vie. Ali, réfugié afghan de 21 ans 

En septembre le jeune homme de 21 ans  est rentrée à l'IFORM de Coutances, en CAP pâtisserie. Il a un contrat d'apprentissage de 2 ans, une autorisation de séjour et à la boulangerie désormais un collègue afghan lui aussi, Iqbal , demandeur d'asile, qui dépanne l'après midi. Il est en CDD et son contrat devrait être renouvelé, en fonction de sa situation administrative

Jean-Michel Bellamy en est persuadé,  tout le monde y gagne. Il espère bien que demain Ali et Iqbal lui reviennent en tant qu'ouvrier qualifié..

Choix de la station

France Bleu