Économie – Social

Deux représentants syndicaux de Whirlpool à Amiens sont en Pologne

Par Rosalie Lafarge, France Bleu Picardie lundi 10 avril 2017 à 17:02

L'usine Whirlpool d'Amiens
L'usine Whirlpool d'Amiens © Radio France - Elodie Touchais

François Gorlia de la CGT et Patrice Sinoquet de la CFDT de l'usine Whirlpool d'Amiens ont décollé ce lundi après-midi pour la Pologne. Ils sont attendus à Łódź où le groupe américain veut délocaliser la production amiénoise en 2018.

Ils ont pris l'avion pour Varsovie depuis l'aéroport Roissy - Charles de Gaulle ce lundi après-midi. Un peu après 13h, François Gorlia, de la CGT, et Patrice Sinoquet, de la CFDT ont décollé pour la Pologne, emmenés par une équipe de l'émission de France 2 Envoyé Spécial.

Sur place jusqu'à mercredi soir, les représentants syndicaux vont être emmenés à Łódź, cette ville polonaise au sud ouest de Varsovie. C'est là que le fabricant d’électroménager doit délocaliser la production amiénoise de sèche-linge en 2018.

Les représentants syndicaux espèrent rencontrer les dirigeants du site de Łódź

"L'équipe d'Envoyé Spécial a pris des rendez-vous, avec la mairie de Łódź et la direction du site de Whirlpool là-bas, explique Patrice Sinoquet. On espère avoir accès au site et rencontrer cette direction. On aimerait avoir des précisions sur l'avancement du projet et peut-être trouver la parade qui pourrait servir aux négociations : s'il n'y a rien de prêt sur place ou qu'ils sont à la ramasse au niveau des délais, forcément si on peut en jouer on en jouera".

Łódź se trouve à 130km au sud ouest de Varsovie et à plus de 1.400 km à l'est d'Amiens - Aucun(e)
Łódź se trouve à 130km au sud ouest de Varsovie et à plus de 1.400 km à l'est d'Amiens - Google Maps

S'ils apprennent des choses importantes à Łódź, les représentants CGT et CFDT pourraient les mettre sur la table de Matignon dès jeudi matin. En effet, le Premier ministre Bernard Cazeneuve doit recevoir jeudi l'intersyndicale de Whirlpool ainsi que celle de son sous-traitant Prima. La rencontre est prévue à 10h, en présence du secrétaire d'Etat à l'Industrie Christophe Sirugue, qui pilote à Bercy la quête d'un repreneur, de la ministre du Travail Myriam El Khomri, des secrétaires d'Etat Pascale Boistard et Barbara Pompili, toutes deux élues de la Somme, ainsi que d'autres élus du territoire.

Le Premier ministre tient sa promesse

Le Premier ministre, comme il s'y était engagé lors d'une visite à Amiens mi-mars, "fera un point avec l'intersyndicale sur le dossier de la reprise", a précisé son entourage. "Une quinzaine de marques d'intérêt", la majorité françaises, ont été recueillies pour la reprise du site de Whirlpool à Amiens, a déclaré début avril Christophe Sirugue, le secrétaire d'Etat à l'Industrie.

La remise des manifestations d'intérêt court jusqu'au 26 mai et la date limite de dépôt des offres fermes a été fixée au 2 juin, soit entre la présidentielle et les législatives. L'usine d'Amiens, qui doit fermer au 1er juin 2018, emploie 290 salariés, auxquels s'ajoutent 250 intérimaires employés quasiment en permanence et une centaine de salariés du sous-traitant pour les plastiques, Prima, installé sur le site même de l'usine.

Manifestation à Paris le 18 avril

Mais quoi qu'il se dise à cette réunion, ce jeudi à Matignon, les Whirlpool seront de nouveau à Paris le 18 avril. Ils vont manifester leur colère et leur inquiétude. "Tout est déjà prêt, assure Patrice Sinoquet de la CFDT, il n'y a plus qu'à monter dans le bus pour aller à Paris".