Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déville-les-Rouen : derniers jours de travail pour les salariés de Vallourec, "c'est un gâchis"

L'entreprise Vallourec de Déville-les-Rouen va cesser son activité le 30 juin prochain. Les salariés de l'usine y ont enfourné les derniers tubes ce jeudi.

Les salariés de Vallourec ont enfourné les derniers tubes ce jeudi. Certains ont travaillé dans l'usine pour la dernière fois.
Les salariés de Vallourec ont enfourné les derniers tubes ce jeudi. Certains ont travaillé dans l'usine pour la dernière fois. © Radio France - Bradley de Souza

Derniers jours pour les salariés de l'usine Vallourec de Déville-les-Rouen. "Un pincement au coeur parce que c'est une page qui se tourne, c'est 34 ans de ma vie", explique Dominique, 54 ans. "C'est la seule société dans laquelle j'ai réellement travaillé et surtout que j'ai connue", poursuit-il. Le groupe, qui fait face à une dette colossale de 3,5 milliards d'euros, va cesser son activité le 30 juin prochain. Près de 200 postes sont supprimés sur le site de Déville.

"C'est un gâchis"

"C'est une page qui se termine, ça m'énerve, je le sens comme une profonde injustice. Ce jeudi matin on a coupé les derniers tubes et après il a fallu qu'on s'adapte et c'est pas évident quand même", souligne, Mario. Il est coupeur dans l'usine. Il taille les tubes en fonction des demandes des clients. 

Les derniers tubes enfournés à Vallourec.
Les derniers tubes enfournés à Vallourec. - Philippe Quesnel

A 55 ans, Mario doit s'adapter à cette réalité. "A 55 ans, on va redevenir un jeune embauché donc on va redémarrer notre carrière à 0 donc ça va être un peu difficile de se retrouver avec 1.200, 1.300 euros par mois. Et de se dire qu'on avait une carrière qui était bien parce que chez Vallourec, il n'y a pas que le PSE (plan de sauvegarde de l'emploi) là maintenant, il y avait du bon. On avait réussi à avoir un certain train de vie, correct. Mais on a mis des années à l'avoir", ajoute-t-il.

Le reportage de la rédaction.

De son côté, Paul technicien de maintenance craint pour l'avenir des salariés. "Chez Vallourec, la moyenne d'âge chez le personnel est de 46 ans avec 22 ans en moyenne d'ancienneté. A ce jour très peu de société où vous avez 200 employés avec de tel moyenne, ça va être difficile pour beaucoup de salariés de pouvoir se repositionner d'avoir un avenir clair et serein. C'est un gâchis", conclut-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess