Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Diesel : l'entreprise mayennaise Faral en difficulté économique, son activité chute de 30%

-
Par , France Bleu Mayenne

L'entreprise lavalloise Faral, spécialisée dans la reconstruction de moteurs, turbos et boîtes de vitesse a perdu 30% de son activité en deux ans. En cause, selon son PDG : la mutation du marché automobile, et notamment les mesures "anti-diesel".

L'activité de l'entreprise Faral a chuté de 33% en deux ans.
L'activité de l'entreprise Faral a chuté de 33% en deux ans. - Capture d'écran Google maps

Laval, France

La situation économique est "très tendue" pour l'entreprise lavalloise Faral. C'est ainsi que le PDG du groupe Chaplain-Faral, Éric Hunaut, résume les difficultés rencontrées par cette société familiale presque centenaire de 62 salariés, spécialisée dans la reconstruction des moteurs, turbos et boîtes de vitesse.

Faral a perdu 33% de son activité en deux ans. Dans le détail, elle chute de 25% en 2018 et de 8% cette année. En cause, selon son PDG, la mutation du marché automobile, et notamment le recul du diesel.  Il est dû entre autres à la hausse des taxes, et à l'annonce par plusieurs villes de l'interdiction des diesels, à Paris dès 2024 par exemple.

"15 000 emplois menacés en France dans l'automobile"

Ces mesures "anti diesel" selon Éric Hunaut sont directement responsables de la situation de Faral : "95% de notre production est axée sur le moteur et la boîte de vitesse échange standard diesel, on a eu un impact immédiat."

Ces choix politiques ont également des répercussions sur l'ensemble de la filière : "On parle en France de 15 000 emplois menacés à très court terme dans l'automobile à cause des décisions prises contre le diesel. Avant, il se vendait 70% de véhicules à motorisation diesel, on est descendu à 35%."

Six mois pour trouver des solutions

Éric Hunaut assure que sa priorité sera donc de préserver les emplois au sein de Faral. Un plan sur six mois a été lancé pour trouver des solutions pérennes pour l'entreprise. Parmi les pistes, il espère trouver de nouveaux marchés. Il compte sur le fort développement du marché de l'occasion et le savoir-faire des 62 salariés de Faral en la matière.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu