Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Difficultés économiques des parents riment malheureusement souvent avec difficultés scolaires des enfants

-
Par , France Bleu Mayenne

La direction académique a organisé ce mercredi à Laval une conférence sur ce sujet, "grande pauvreté et réussite scolaire"

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Julien Mattia / Le Pictorium

Laval, France

En Mayenne 11 200 enfants de moins de 18 ans vivent sous le seuil de pauvreté, selon les chiffres de la CAF, la caisse d'allocation familiale. Et malheureusement, les difficultés économiques des parents affectent leurs enfants, et cela se ressent souvent sur leurs résultats scolaires. 

La direction académique a organisé ce mercredi à Laval une conférence sur ce sujet, "grande pauvreté et réussite scolaire". Joseph est venu témoigner. Il a 44 ans, habite le quartier Saint-Nicolas à Laval depuis trois ans, il est demandeur d'asile, ne travaille pas, il est papa d'une petite fille de 5 ans et d'un petit garçon de 4 ans scolarisés à l'école Badinter à Laval.  Et il sait que pour beaucoup de parents, il est très difficile d'aider leurs enfants.

"Quand tu ne travailles pas, toujours tu as des problèmes, des soucis. Avec des soucis tu as la honte. Nos enfants sont dans la même classe avec des enfants qui ont des parents qui travaillent, qui ont tout ce qu'ils veulent, des belles chaussures, des habits. Si les enfants ont vu des chaussures de marque, alors que toi tu ne peux pas fournir ça, ça va affecter tes enfants. Quand un enfant n'est pas content, il ne va pas suivre, il ne va pas se concentrer à l'école", raconte Jospeh.

Et selon lui, le principal problème, c'est la barrière de la langue. "Quand tu ne sais pas parler la langue du pays où tes enfants sont scolarisés, comment tu vas les aider à faire des devoirs ? Comment tu vas les aider à apprendre la langue ? Ce n'est pas parce qu'ils n'ont pas l'intelligence, le problème c'est qu'ils n'ont pas quelqu'un pour les accompagner dans l'éducation".

Joseph, 44 ans, a raconté les difficultés rencontrées par beaucoup de parents.

Autre problème, certains parents n'ont pas les codes pour comprendre le fonctionnement de l'école. "Ils ont honte, peur car il ne savent ni lire ni écrire. Il y a aussi des parents français mais qui n'ont pas assez d'éducation, qui n'ont pas les astuces pour communiquer avec les enseignants de leurs enfants", ajoute le père de famille.

Reportage France Bleu Mayenne de Charlotte Coutard.

Joseph fait partie d'un groupe de parole à l'école Badinter à Laval, "l'espace parents", mis en place par l'association ATD Quart Monde. Les parents se réunissent tous les mois et peuvent parler de leurs difficultés. Car dans le quartier Saint-Nicolas à Laval, plusieurs nationalités se côtoient, et les enfants ne sont pas forcement dans les meilleures conditions pour apprendre. 

"Des enseignants peuvent très bien ne pas comprendre que des parents ne sont pas disponibles, parce qu'il faut penser à ce qu'on va mettre dans l’assiette des enfants le soir ou le lendemain, parce qu'il n'y a plus rien, il n'y a plus de sous. Il y a aussi des parents pour qui la scolarité a été difficile, donc ils ont peur de rencontrer les enseignants. La rencontre ne se fait pas ou se fait mal, et c'est préjudiciable pour les enfants, qui du coup ne s'investissent pas forcement comme il faudrait parce qu'ils sentent que les parents sont éloignés de l'école. Nous on essaie de voir où sont les difficultés, où sont les freins, et comment on peut trouver des solutions ensemble pour que la communication se fasse mieux, pour intégrer davantage les enfants. Tous les parents désirent que leurs enfants réussissent à l'école", explique Marie-Christine Degand, la responsable de l'association ATD Quart Monde en Mayenne.  

Marie-Christine Degand est la responsable de l'association ATD Quart Monde en Mayenne.

La pauvreté touche les quartiers urbains prioritaires, mais aussi les zones rurales en Mayenne. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu