Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dijon : les habitants construisent des maisonnettes aux Roms

-
Par , France Bleu Bourgogne
Dijon, France

Depuis un an, un collectif de voisins du port du Canal, à Dijon, attristés de voir les Roms installés sous le pont Kennedy vivre dans la misère, a commencé à leur construire des maisonnettes avec les moyens du bord.

Robert construit des maisonnettes aux Roms installés sous le pont Kennedy à Dijon.
Robert construit des maisonnettes aux Roms installés sous le pont Kennedy à Dijon. © Radio France - Faustine Mauerhan

Depuis un an, des habitants du port du canal aident les Roms du pont Kennedy. Ils sont une dizaine de voisins et passent voir tous les jours ou presque les quatre familles installées entre le canal et la voie ferrée SNCF. Plus que ça même, ils emmènent les enfants à l'école le matin, ils leur font la lecture le soir et entre temps, ils leur construisent aussi des maisonnettes en palette.

Robert, le maître d'oeuvre

Ici le toit est en taule, les fenêtres viennent de la rue et les murs que Robert est en train de clouer, ce sont des palettes de récupération. "Je les trouve dans la rue, je les démonte planche par planche puis je les cloue à nouveau", explique ce Dijonnais de 59 ans. Un boulot de dingue abattu par Robert qui a déjà construit trois maisonnettes. Il vient au camp plusieurs fois par semaine depuis le jour de février 2016 où il a rencontré les enfants de Terkutsa, un peu plus loin au bord du canal.

"Dieu m'a dit d'aider mon prochain"

"Je suis pêcheur et en février dernier (NDLR : 2016), je m'installais un peu plus loin sur le canal pour pêcher des grosses carpes, se souvient Robert. Tous les soirs, les enfants venaient me demander des poissons et repartaient avec. Je me suis dit que pour demander à manger tous les soirs, il devait se passer quelques chose. Un soir, je les ai suivi et je suis arrivé dans leur camp. Quand j'ai vu la misère, je me suis dit que ce n'était pas possible. Dieu m'a dit d'aider mon prochain alors j'ai commencé à construire une maisonnette."

Fabriquée en palettes et matériaux de récupération uniquement, les maisonnettes sont isolées et bien chauffées.
Fabriquée en palettes et matériaux de récupération uniquement, les maisonnettes sont isolées et bien chauffées. © Radio France - Faustine Mauerhan

Mais Robert, modestement, ne peut pas non plus construire des palaces et la vie reste difficile sur le camp pour Andreï : "Il n'y a pas l'eau, pas l'électricité, c'est très dur", explique le père de cinq enfants. Cela dit c'est déjà mieux qu'avant se rappelle François, l'un des habitants du quartier. "Avant ils vivaient tous dans des caravanes percées. La première chose qu'ils nous ont fait comprendre, c'est qu'il pleuvait à l'intérieur. On a donc récupéré des bâches, puis on a pris nos pelles et nos poubelles et on a nettoyé le camp. Ensuite nous avons rencontré Robert et depuis, on l'aide à construire les maisonnettes."

François : "Avant ils vivaient dans des caravanes percées."

Voilà comment les grands-parents du camp se sont retrouvés au chaud, dans une petite maisonnette en palettes d'une dizaine de mètres carrés. "Grâce à notre programme de construction, Terkutsa et ses 5 enfants vivent dans deux fois plus d'espace, se félicite aussi Thérèse, autre bénévole. Leurs conditions de vie sont nettement meilleures même s'ils n'ont toujours pas l'électricité, ni l'eau si ce n'est celle de la borne incendie des pompiers là-bas et celle du canal dans laquelle les enfants se lavent avant d'aller à l'école le matin."

Robert : "Les enfants me demandaient du poisson tous les soirs, j'ai fini par les suivre jusqu'au camp."

La prochaine étape pour Robert, c'est justement de trouver une grande cuve pour mettre un point d'eau à l'intérieur du camp. Si vous êtes une entreprise de construction et que vous pouvez donner un peu de matériel n'hésitez pas à joindre Thérèse au 06.13.37.89.44 ou François au 06.73.98.29.74

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu