Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dinard : des licenciements qui posent question au casino Barrière

-
Par , , France Bleu Armorique

Six salariés du casino Barrière de Dinard près de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) vont être licenciés. Pour le syndicat Force Ouvrière, ces suppressions de postes ne permettront pas de faire de grosses économies.

Une cinquantaine de salariés est employée par le casino Barrière de Dinard.
Une cinquantaine de salariés est employée par le casino Barrière de Dinard. - Google Street View

Le groupe de casinos Barrière a annoncé fin décembre qu'il allait licencier 70 personnes dans l'ensemble de ces sites. Ce plan de licenciement va concerner six personnes sur les cinquante que compte l'établissement de Dinard sur la Côte d'Emeraude :  une responsable marketing et animations, une assistante de direction, une responsable accueil, un chef de cuisine et deux plongeurs. Parmi elles, trois sont en situation de handicap.

Des incompréhensions pour Force Ouvrière

Pour le syndicat Force Ouvrière il s'agit de licenciements d'aubaine qui fragilisent ceux qui sont déjà en difficultés. "Nous trouvons cela dommage alors que nous sommes encore au chômage partiel et que l'Etat assure une prise en charge. Les postes qui sont supprimés ne coûtent pas chers. Nous ne comprenons pas où sont les économies dans ces décisions de la direction," confie Estelle Quinton, délégué FO pour les casions de Saint-Malo et Dinard.

La crise économique comme justificatif

De son côté, la direction de l'établissement justifie ces licenciements par la crise sanitaire que nous traversons. "Cette situation nous fait mal au cœur et elle est inédite. Nous sommes dans une situation catastrophique. Nous avons tout essayé pour maintenir ces emplois mais il y a une dégradation de la situation économique inédite et nous n'avons malheureusement aucune visibilité," assure de son côté Bruno Toutain.

Une manifestation est prévue ce jeudi 14 janvier à 11h pour dénoncer ces licenciements.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess