Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Emmanuel Macron charge le Premier ministre de recevoir chefs de partis et représentants des "gilets jaunes"

dimanche 2 décembre 2018 à 8:56 - Mis à jour le dimanche 2 décembre 2018 à 18:15 Par Bénédicte Courret, France Bleu

136.000 manifestants ont participé à la journée de mobilisation des "gilets jaunes" samedi. Quelles seront les suites de cette journée marquée par de nombreuses violences ? Emmanuel Macron a demandé ce dimanche au Premier ministre de recevoir chefs de partis et représentants des "gilets jaunes".

Emmanuel Macron s'est rendu ce dimanche sur les lieux des violences perpétrées en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris.
Emmanuel Macron s'est rendu ce dimanche sur les lieux des violences perpétrées en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris. © AFP - Geoffroy Van der Hasselt

Après les violences en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" samedi, Emmanuel Macron a convoqué une réunion de crise à l'Elysée ce dimanche 2 décembre 2018. Il a chargé le Premier ministre de rencontrer chefs de partis et représentants des "gilets jaunes". Les "gilets jaunes" qui sont restés mobilisés ce dimanche sur plusieurs axes routiers régionaux.  Plusieurs appels ont été lancés sur Facebook pour manifester à nouveau samedi prochain à Paris.

L'essentiel : 

  • Emmanuel Macron a chargé le ministre de l'Intérieur de mettre de l'ordre et le Premier ministre de rencontrer chefs de partis et représentants des "gilets jaunes".
  • 136.000 manifestants samedi en France. 
  • Un accident a fait un mort sur un barrage dans les Bouches-du-Rhône ce dimanche.
  • Des actions ponctuelles de "gilets jaunes" ont été menées ce dimanche en France.

.

Le fil de la journée

18h15 : C'est la fin de ce direct. Merci de l'avoir suivi. 

18h00 : Il y a d'autres "solutions" que le rétablissement de l'état d'urgence estime Nicole Belloubet. Interrogé sur le sujet samedi soir, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait quant à lui répondu n'avoir "aucun tabou" sur le sujet.

17h45 : Les personnes comparaîtront "pour la plupart demain (lundi) et après-demain (mardi), à l'issue de leur garde à vue, en comparution immédiate", a indiqué le procureur de Paris Rémy Heitz présent aux côtés de la ministre de la Justice.

17h30 : "Environ deux tiers" des 372 personnes en garde à vue à Paris seront déférées affirme la ministre de la Justice, Nicole Belloubet

17h20 : Une cinquantaine de "gilets jaunes" bloquent les poids lourds au péage de La Négresse à Biarritz, sur l'autoroute A63 (sens Sud-Nord)

À chaque fois que je mets mon gilet, je pense à Chantal

17h15 : En Savoie, une cinquantaine de personnes ont rendu hommage à Chantal Mazet, "gilet jaune" renversée par une automobiliste le 17 novembre dernier au Pont-de-Beauvoisin.

Les savoyards se sont réunis sur le parking du stade de Pont-de-Beauvoisin à coté du rond-point où Chantal Mazet a été tuée.  - Radio France
Les savoyards se sont réunis sur le parking du stade de Pont-de-Beauvoisin à coté du rond-point où Chantal Mazet a été tuée. © Radio France - Valentine Letesse

17h00 : Emmanuel Macron a demandé à Edouard Philippe de recevoir les chefs de partis et des représentants des "gilets jaunes". Cette initiative, dont la date n'a pas été dévoilée, répond au "souci constant de dialogue" de l'exécutif, selon la présidence.

16h55 : Le préfet de police de Paris et le procureur de la République annoncent une conférence de presse ce dimanche à 18h.

16h30 : Selon la préfecture du Gard, 16 points de blocage sont recensés dans le département ce dimanche après-midi.

16h20 : Après la réunion de crise organisée par Emmanuel Macron, l'Elysée indique que le chef de l'Etat a souhaité que Christophe Castaner "mène une réflexion sur la nécessité éventuelle d'une adaptation du dispositif du maintien de l'ordre dans les jours à venir". Il n'a pas été évoqué l'éventualité d'instaurer l'état d'urgence.

16h00 : La manifestation des "gilets jaunes" à Nîmes s'était déroulée dans le calme, on apprend ce dimanche que des heurts ont éclaté à une trentaine de kilomètres de là sur le rond-point d'Aimargues. La nuit a été très tendue entre des camionneurs qui protégeaient leur marchandise et des individus qui tentaient de s'en emparer. 

15h50 : Le président de la République ne s'exprimera pas ce dimanche sur la crise des "gilets jaunes" annonce l'Elysée.

15h45 : La manifestation des "gilets jaunes" à Toulouse a fait 57 blessés dont 48 policiers selon la préfecture de Haute-Garonne.

15h30 : Les images des dégradations commises samedi à l'intérieur de l'Arc de triomphe sont impressionnantes. 

Une statue de Marianne vandalisée dans l'Arc de triomphe.  - Maxppp
Une statue de Marianne vandalisée dans l'Arc de triomphe. © Maxppp - Etienne Laurent
Un tag "Macron démission" effacé dès ce dimanche matin. - Radio France
Un tag "Macron démission" effacé dès ce dimanche matin. © Radio France - Gilles Gallinaro

15h15 : À La Réunion, la préfecture estime qu'un "risque avéré de rupture d'approvisionnement concernant les biens d'alimentation de première nécessité, voire de nécessité vitale" existe alors que des barrages de "gilets jaunes" perdurent autour du grand port maritime.

Les collègues sont en train de craquer

15h00 : "Les collègues sont en train de craquer, les saluts ne suffisent plus" affirme Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat SGP Police-Fo sur franceinfo. Vingt-trois policiers ont été blessés ce samedi à Paris et 81 gendarmes sur tout le territoire (hors Paris). Emmanuel Macron s'est rendu à la rencontre des forces de l'ordre ce dimanche matin après avoir constaté les dégâts en haut des Champs-Elysées.

14h50 : Le préfet du Tarn a été blessé par un éclat de verre lors d'un rassemblement de "gilets jaunes" à Albi samedi.

14h45 : "Merci" écrit Emmanuel Macron sur Twitter en publiant des photos de sa rencontre avec les forces de l'ordre et des secours.

14h30 - Le point sur les principales réactions des opposants politiques du gouvernement  :

  • À droite, le président des Républicains Laurent Wauquiez veut un référendum sur la politique écologique et fiscale d'Emmanuel Macron. 
  • Marine Le Pen (RN) et Jean-Luc Mélenchon (LFI) réclament une dissolution de l'Assemblée nationale et la convocation de nouvelles élections législatives. 
  • A gauche, le patron du PS, Olivier Faure, demande des États généraux sur le pouvoir d'achat. Le mouvement Génération-s a réclame la démission de Christophe Castaner.

.

14h25 : La réunion de crise à l'Elysée après la journée de violences en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" s'est achevée peu après 14 heures ce dimanche. Emmanuel Macron était entouré du Premier ministre, Edouard Philippe, du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, du secrétaire d'Etat Laurent Nunez et du ministre de la Transition écologique François de Rugy.

14h20 : Cela fait bientôt une heure et demie que la réunion de crise a commencé à l'Elysée. En attendant, les "gilets jaunes" restent mobilisés notamment dans la Manche, en Mayenne, dans les Alpes-Maritimes ou encore en Creuse. 

14h15 : Dix personnes ont été interpellées et placées en garde à vue dans la nuit de samedi à dimanche à Calais après des affrontements "très violents" en marge du mouvement "des gilets jaunes" indique la préfecture du Pas-de-Calais. Samedi, l'autoroute A16 a été longtemps bloquée par les "gilets jaunes" à Calais, un des lieux des Hauts-de-France où le mouvement est le plus suivi.

14h10 : Le maire de Toulouse appelle les "gilets jaunes" à "se responsabiliser". "Ce serait trop facile de dire qu'il y a de simples casseurs qui s'incrustent et qui sèment le trouble" affirme Jean-Luc Moudenc.

14h : Les organisateurs du marché de Noël d'Avignon renonce. Ils annoncent l'annulation pure et simple du rendez-vous en raison des tensions qui ont accompagné les manifestations samedi.

13h45 : France 2 annonce une émissions spéciale sur le mouvement des "gilets jaunes" et ses perspectives ce dimanche soir après le journal de 20h.

Je n'ai pas l'impression que le gouvernement ait conscience de ce qui se passe dans notre pays - Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne

13h30 : Au lendemain des scènes de violences dans le centre-ville de Saint-Étienne, le maire est allé rencontrer les habitants et les commerçants ce dimanche. Gaël Perdriau plaide pour un retour au calme : "Je n'ai pas l'impression que le gouvernement ait conscience de ce qui se passe dans notre pays. Je ne vois pas comment ça peut s'arrêter, ça m'inquiète."

13h15 : Lors des manifestations des gilets jaunes ce samedi, 81 gendarmes ont été blessés sur l'ensemble du territoire, hors Paris, dont 17 en Ardèche, selon les informations recueillies par franceinfo. A Paris, il y a eu 133 blessés. 23 parmi les forces de l'ordre, dont 16 CRS. A Paris, 378 personnes ont été placées en garde à vue. Des greffiers et des magistrats supplémentaires ont été mobilisés pour faire face à ce nombre considérable.

13h00 : 136.000 manifestants ont été recensés partout en France pour la journée de samedi selon un nouveau bilan du ministère de l'Intérieur. La semaine dernière, la journée du 24 novembre avait rassemblé 106.301 personnes selon les chiffres provisoires alors communiqués par le ministre de l'Intérieur. Le bilan a été réévalué à 166.000 a précisé dimanche la place Beauvau.

12h50 : La réunion d'urgence voulue par Emmanuel Macron a commencé à l'Elysée. L'instauration de l'état d'urgence n'est pas exclue. Une partie des "gilets jaunes" réclament d'abord un geste fort sur les taxes sur les carburants. 

Un automobiliste tué sur un barrage

12h45 : Un automobiliste est mort dans la nuit de samedi à dimanche à Arles (Bouches-du-Rhône) après avoir percuté un poids lourd à l'arrêt en raison d'un bouchon provoqué par un barrage des "gilets jaunes", a appris l'AFP auprès du procureur de Tarascon.

12h40 : L'autoroute A9 entre Nîmes et Montpellier rouvre progressivement à la circulation.

12h20 : Le préfet de Loire-Atlantique autorise les commerces à rester ouverts tous les dimanches de décembre. Le rapport avec les perturbations créées par les "gilets jaunes" n'est pas explicite dans l'arrêté. Le préfet évoque des "circonstances exceptionnelles."

La colère n'excuse pas tout

12h20 : Depuis le début de la matinée et en attendant la réunion d'urgence convoquée par Emmanuel Macron à l'Elysée, les membres du gouvernement multiplient les déclarations. Le ministre de la Transition écologique François de Rugy dit être "très choqué par ce déchaînement de violences. La colère n'excuse pas tout." 

12h15 : Le point sur les perturbations sur les autoroutes à la mi-journée :

  • Toutes les entrées de l'autoroute A9 sont fermées entre Béziers et Nîmes jusqu'à nouvel ordre. 
  • L'autoroute A6 est fermée dans le 2 sens à Villefranche-sur-Saône, dans le Rhône. 
  • Sur l'A7, la sortie du péage de Montélimar Sud (n°18) reste fermée pour des raisons de sécurité, annonce la préfecture de la Drôme. Les entrées et les sorties sont interdites dans les deux sens à Bollène. A Orange Sud et Orange Centre les entrées sont interdites dans les deux sens. 
  • Sur l'A709, au péage de St Jean de Védas les entrées sont interdites et les sorties obligatoires dans les deux sens à Montpellier Est, Montpellier sud, Montpellier Ouest, St Jean de Védas et Vendargues. 
  • Sur l'A10 les sorties sont interdites à Châtellerault Nord, annonce Vinci Autoroutes. En direction de Bordeaux, sorties conseillées à Ste-Maure (n°25) et Châtellerault sud (n°27) et en direction de Paris, sorties conseillées à Châtellerault sud (n°27). 
  • Sur l'A20, il y a une coupure à Aussonne. En direction de Toulouse, la sortie est obligatoire et l'entrée interdite à Caussade. En direction de Paris, la sortie est obligatoire et l'entrée interdite à ZI Nord (n°61).

.

Christophe Castaner convoqué au Sénat

12h00 : Le ministre de l'Intérieur confirme qu'il se rendra à son audition devant la commission des lois du Sénat. Les sénateurs veulent interroger Christophe Castaner sur le dispositif de sécurisation des manifestations et des blocages initiés par les "gilets jaunes" après les violences et les dégradations commises ce samedi (remontez le fil de la matinée jusqu'à 10h45 pour connaître les détails de la convocation adressée au ministre).

11h50 : Emmanuel Macron salue forces de l'ordre et pompiers rassemblés avenue Kléber à Paris.

11h35 : Suite de la mobilisation des "gilets jaunes" ce dimanche matin avec le blocage d'un entrepôt en Ille-et-Vilaine, un rassemblement pacifique à Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes), quelques rassemblements sans barrage filtrant en Meurthe-et-Moselle et dans les Vosges et une rencontre avec un député en Creuse.  

11h34 : La maire de Paris, Anne Hidalgo, demande à être reçue au ministère de l'Intérieur.

11h30 : Comme en Occitanie et Provence-Alpes-Côte d'Azur, les poids lourds ont une autorisation de circulation exceptionnelle ce dimanche jusqu'à 22h dans les régions Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté ce dimanche jusqu'à 22h. 

11h20 : L'accès à l'autoroute A11 au Mans Université est rouvert, les "gilets jaunes" ne sont plus sur place. Sur l'A10, les sorties sont interdites à Châtellerault Nord, annonce Vinci Autoroutes. En direction de Bordeaux, sorties conseillées à Ste-Maure (n°25) et Châtellerault sud (n°27) et en direction de Paris, sorties conseillées à Châtellerault sud (n°27).

Emmanuel Macron place de l'Étoile

11h15 : Emmanuel Macron se trouve ce dimanche matin place de l'Etoile à Paris, au pied de l'Arc de Triomphe. Accompagné du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et du secrétaire d'Etat Laurent Nunez, il s'est rendu au pied de la tombe du Soldat inconnu. La place a été le théâtre des principales dégradations effectuées lors de la manifestation des "gilets jaunes" à Paris ce samedi. 

11h00 : L'autoroute A9 est toujours fermée entre Nîmes et Béziers ce dimanche matin. Le blocage commencé samedi se poursuit ce dimanche. 

10h45 : Christophe Castaner convoqué face au Sénat. Comment faire face aux troubles sans porter atteinte au droit constitutionnel des Français d'exprimer leurs opinions et leur mécontentement par des manifestations non violentes ? Pour entendre la réponse du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et du secrétaire d'Etat Laurent Nunez, la commission des lois du Sénat annonce qu'elle les a convoqués ce mardi. 

10h40 : Des opérations de blocage sont en cours à La Seyne sur Mer (Var), à l'entrée du port de Brégaillon, indique la préfecture dans un communiqué. D'autres opérations de filtrage ont lieu à Bandol, sur le péage de l'autoroute A50 dans les deux sens, mais aussi à Brignoles sur l'autoroute A8, à Fréjus, au Muy, à Pourrières et à Saint-Maximin. Une opération de filtrage a aussi lieu à Puget Ville, au péage de l'autoroute A57 en direction de Toulon.

10h35 : L'autoroute A6 est toujours coupée dans les deux sens au niveau du péage de Limas  (Rhône) entre Mâcon et la jonction avec l'A46 au nord de Lyon.

10h30 : Dans un communiqué, Vinci Autoroutes exprime son indignation et condamne les violences commises la nuit dernière dans ses locaux d'exploitation de Narbonne Sud. La société d'autoroute veut porter plainte contre les auteurs des dégradations. Les salariés de l'entreprise logés sur place et leurs familles ont été évacués et pris en charge dans la nuit, mais il n'y a pas eu de blessés.

Les salariés de Vinci Autoroute et leurs familles logés au péage de Narbonne ont dû être évacués.  - Aucun(e)
Les salariés de Vinci Autoroute et leurs familles logés au péage de Narbonne ont dû être évacués. - Photo transmise par Vinci Autoroute

Construisons un projet viable et crédible, dans l'intérêt de tous - tribune des "gilets jaunes libres"

10h25 : Des "gilets jaunes" appellent à une "sortie de crise" dans une tribune publiée par Le Journal du dimanche. Ces dix porte-parole autoproclamés se définissent comme des "gilets jaunes libres" et ils affichent leur souhait d'être les "porte-parole d'une colère constructive". Vendredi à Matignon, seuls deux "gilets jaunes" ont participé à une réunion avec Edouard Philippe et l'un d'eux a quitté les lieux faute d'avoir obtenu que la rencontre soit diffusée en direct. 

10h15 : Le point sur les dégâts en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" en région.

  • Des locaux du peloton de gendarmerie, situés au péage de Narbonne (Aude) sur l'autoroute A9, ont été entièrement détruits samedi soir par une 100 à 150 "casseurs", sans qu'il n'y ait de blessé. Deux personnes ont été interpellées. Des véhicules sur un parking de covoiturage et des véhicules de gendarmerie ont aussi été brûlés. 
  • Un commandant du commissariat de police de Freyming-Merlebach (Moselle) a été roué de coups par dix personnes qui lui avaient préalablement enlevé son casque, lors de débordements qui ont éclaté en marge de la mobilisation des gilets jaunes en Moselle, rapporte France Bleu Lorraine Nord. Des débordements ont éclaté à Longeville-lès-Saint-Avold, alors que des casseurs avaient rejoint les 300 gilets jaunes. Les CRS ont chargé plusieurs fois. 
  • À Toulouse, 7 personnes ont été blessées dont deux policiers. Des personnes ont été interpellées, mais le nombre exact n'a pas été communiqué. 
  • À Marseille, 21 personnes ont été interpellées samedi soir, après des débordements sur le Vieux-Port, selon France Bleu Provence. Trois policiers ont été blessés. 
  • Un policier et six manifestants ont été blessés après des échauffourées à Bordeaux selon la préfecture, rapporte France Bleu Gironde. L'un des manifestants a eu la main arrachée en ramassant un objet pyrotechnique. Jusqu'en début de soirée, les manifestants ont fait face aux CRS place Pey-Berland, entre la cathédrale et l'hôtel de ville. Les manifestants ont ensuite allumé un feu devant la cathédrale Saint-André, utilisant notamment les palissades de protection des travaux de rénovation de la cathédrale. 
  • Dix personnes ont été interpellées ce samedi dans le Vaucluse pour des violences aggravées sur des personnes dépositaires de l'autorité publique, lors de débordements en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" dans le Vaucluse, annonce la préfecture du département dans un communiqué, ajoutant que "quatre fonctionnaires et militaires ont été blessés lors de ces violences". Le préfet du Vaucluse condamne des "violences inacceptables" : "Plusieurs centaines de personnes ont cherché à pénétrer dans l'enceinte de la préfecture" puis se sont rendues dans le centre-ville et ont commis "des dégradations très importantes sur le mobilier urbain et sur des magasins".
  • En Ardèche, au Pouzin, les forces de l'ordre ont subi un caillassage par des "casseurs", qui ont incendié la D86, affirme France Bleu Drôme Ardèche. Plusieurs gendarmes ont été blessés, a indiqué la préfecture. 
  • À Poitiers (Vienne), un "gilet jaune" a été interpellé vers 21 heures samedi soir, après des échauffourées au niveau du Auchan de Poitiers sud, raconte France Bleu Poitou. Des feux ont été allumés, les policiers ont usé de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. 
  • À Saint-Étienne (Loire), des scènes de pillage dans le quartier Tréfilerie samedi, rapporte France Bleu Saint-Étienne Loire. Un supermarché Casino a été pillé, le Crédit agricole détruit, un magasin Adidas a aussi fait l'objet d'un pillage. Au total, 14 personnes ont été interpellées. Au Puy-en-Velay (Haute-Loire), la préfecture a été incendiée samedi soir, des manifestants ont lancé des cocktails Molotov dans la cour d'honneur de la préfecture et dans l'ail ouest du bâtiment.

10h00 : Les opérations de nettoyage ont commencé tôt ce dimanche matin sur les avenues parisiennes. Le bilan humain et matériel est très lourd à Paris. 

Nettoyage de la place de l'Étoile. - Radio France
Nettoyage de la place de l'Étoile. © Radio France - Solenne Le Hen

09h55 : Un communiqué de l'Elysée donne quelques précisions sur la réunion "d'urgence" convoquée par Emmanuel Macron ce dimanche : "Suite aux événements de ce samedi lors des manifestations des gilets jaunes, Emmanuel Macron, Edouard Philippe, Christophe Castaner et les services compétents aux événements se réunissent à l'Elysée à 12h30 ". 

09h40 : Ceux qui ont assisté aux débordements de la journée de mobilisation de samedi s'expriment sur France Bleu ce dimanche. C'est le cas d'un élu de la petite ville du Pouzin en Ardèche. Il affirme avoir vu arriver "des gens équipés avec des cagoules, masques à gaz et des sacs. La commune a été envahie par des personnages venus en découdre avec les forces de l'ordre." Dans sa ville, les violences se sont prolongées tard.

09h30 : On apprend ce dimanche matin que des locaux du peloton de gendarmerie, situés au péage de Narbonne sur l'autoroute A9, ont été entièrement détruits samedi soir par une centaine de "casseurs", sans qu'il n'y ait de blessés. Deux personnes ont été interpellées.

09h20 : Près du Mans, en Sarthe, l'accès à l'autoroute A11 (sortie Mans Université) est interdit dans les deux sens car des manifestants occupent les voies.

09h15 : Parmi les actions en cours ce dimanche matin en régions, un entrepôt qui fournit des Mac Donald's du Grand Ouest est bloqué en Ille-et-Vilaine.

09h10 : Un nouveau bilan des violences à Paris ce samedi : 412 interpellations, 378 personnes placées en garde à vue (préfecture).

09h05 : Les images du chaos qui régnait ce samedi à Paris font la Une dans le monde entier.

09h00 : Bonjour et bienvenue dans ce direct. L'heure est au nettoyage ce dimanche matin sur les avenues parisiennes saccagées au cours de la journée de mobilisation des "gilets jaunes" samedi. En régions, les choses ont également dégénéré à Saint-Etienne et au Puy-en-Velay, à Marseille, à Bordeaux, à Toulouse, à Tours, à Charleville-Mézières, etc. Barrages filtrants et autres actions sont toujours d'actualité ce dimanche matin mais dans une moindre mesure par rapport à samedi. Tout au long de la journée, nous allons suivre ensemble, grâce aux équipes de France Bleu, l'évolution du mouvement des "gilets jaunes" et les suites de la journée très agitée de samedi.