Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : pour l'acte V, la mobilisation en recul à Paris et à travers la France

samedi 15 décembre 2018 à 8:50 - Mis à jour le dimanche 16 décembre 2018 à 12:00 Par Viviane Le Guen et Blandine Costentin, France Bleu

La mobilisation des gilets jaunes était en net recul ce samedi à Paris et en région. Selon le ministère de l'Intérieur,,. Des incidents ont eu lieu à Paris, Bordeaux, Toulouse, Nantes, Saint-Etienne ou encore Besançon.

La manifestation des gilets jaunes à Paris.
La manifestation des gilets jaunes à Paris. © AFP - GEOFFROY VAN DER HASSELT

Les manifestations des gilets jaunes ont été moins fournies ce samedi à Paris comme dans la plupart des villes de France. Cet acte V de la mobilisation a toutefois été marqué par des violences à Saint-Etienne, Toulouse, Nantes, Bordeaux ou encore Besançon. A Paris, les incidents ont été beaucoup moins graves que la semaine précédente.

L'essentiel

.

Le fil de la journée

18h20 : ce direct se termine. Vous pouvez retrouver le détail des événements, région par région, sur francebleu.fr.

18h14 : à Besançon, alors que la manifestation d'un millier de gilets jaunes se déroulait dans le calme, la situation a dégénéré dans une rue de centre-ville. Comme le raconte France Bleu Besançon, une vingtaine d'individus cagoulés et masqués sont allés au contact des CRS qui ont répliqué avec du gaz lacrymogène. Selon la préfecture du Doubs, trois personnes ont été interpellées en marge de cette manifestation pour jets de projectiles.

18h04 : il n'y a plus de manifestants sur les Champs Elysées. 157 personnes ont été interpellées à Paris et petite couronne, selon un dernier bilan de la préfecture de police de Paris, dont 104 ont été placées en garde à vue. La préfecture dénombre cinq manifestants blessés. Un manifestant a reçu un pavé sur la tête sur les Champs-Elysées. Il y avait 2.200 manifestants contre 10.000 la semaine dernière.

18h : à Toulouse, il reste un noyau dur de manifestants, place du Capitole, où un nombre très important de forces de l'ordre est déployé. Au plus fort de la manifestation, on a compté 3 à 4.000 personnes. Elles étaient plus de 5.000 le 7 décembre.

17h15 : la nuit tombe sur Bordeaux et la mobilisation, qui a rassemblé, comme la semaine dernière, environ 4.500 personnes, est en train de prendre fin. Il y a eu 14 interpellations : des individus porteurs de couteaux, matraques, battes de base ball. Les forces de l'ordre ont essuyé des jets d'oeufs et autres projectiles. Elles ont utilisé un lanceur d'eau pour repousser les manifestants. Il reste une centaine de personnes. Le risque est que, comme la semaine dernière, ces personnes se dispersent et provoquent des saccages. 

17h : 151 personnes interpellées en Île-de-France ce samedi en marge des manifestations de "gilets jaunes", selon un dernier point de la préfecture de police de Paris, dont 136 à Paris. 96 ont été placées en garde à vue.

16h52 : à Paris, il y a encore des manifestants sur les Champs Elysées. Les forces de l'ordre utilisent les gaz lacrymogènes dès que des manifestants se regroupent. Des incidents sporadiques, sans commune mesure avec ce qui s'est passé le 7 décembre.  France Bleu Paris conseille quand même d'éviter le secteur de l'Opéra.

Les Champs-Élysées à Paris sont "en cours de dispersion" annonce la préfecture de police qui précise qu'un lanceur d'eau est utilisé pour écarter les manifestants.

16h28 : la police de Nantes annonce cinq interpellations au cours de la manifestation et un policier blessé par des "jets de projectiles"

16H23 : à Bordeaux, deux cortèges distincts ont fusionné en un seul, rassemblant 4500 gilets jaunes au son de la Marseillaise et aux cris de "Macron démission". Place Pey-Berland, la situation a dégénéré en milieu d'après-midi. France Bleu Gironde suit la situation en direct.

16h : ça se crispe aussi à Besançon aux abords de la préfecture. Lacrymogènes d'un côté, projectiles de l'autre.

15h53 : à Saint-Etienne, situation confuse en fin de manifestation. Parti pour rejoindre la gare Chateaucreux, le cortège d'environ 2.000 personnes a repris le chemin du centre-ville, vers la préfecture. La police a utilisé des gaz lacrymogènes. Les véhicules des forces de l'ordre convergeaient vers le centre a constaté le reporter de France Bleu Saint-Etienne Loire. Après les violents incidents de la semaine dernière, Gaël Perdriau, le maire LR de Saint-Étienne a dit "souhaiter" sur franceinfo qu'"au moindre débordement, dès les premiers signes", la police "intervienne immédiatement".

15h45 : des tensions également à Nantes. Des gaz lacrymogènes devant la préfecture et des dégradations, comme ici devant une banque. Plus globalement, la mobilisation est en baisse, avec environ 500 manifestants selon France Bleu Loire Océan qui est en direct.

15h36 : la situation se dégrade à Toulouse où les forces de l'ordre tirent des grenades de gaz lacrymogène. Jusqu'ici, l'ambiance était calme mais des manifestants ont voulu entrer dans les rues piétonnes qui leur étaient interdites. Les tensions se situent rue François Verdier. Des stations de métro sont fermées. France Bleu Occitanie suit la situation en direct.

15h28 : à Colmar, une centaine de gilets jaunes ont organisé une marche blanche et silencieuse. Elle était prévue au départ pour les morts du mouvement, mais elle s'est élargie aux victimes de l'attentat du 11 décembre à Strasbourg. 

15 décembre à Colmar, une centaine de gilets jaunes ont organisé une marche blanche et silencieuse.  - Radio France
15 décembre à Colmar, une centaine de gilets jaunes ont organisé une marche blanche et silencieuse. © Radio France - Solène de Larquier

15h03 : le ministère de l'intérieur livre un premier bilan de la journée pour toute la France : 33.500 manifestants. C'est deux fois moins qu'il y a une semaine où l'on avait compté 77.500 manifestants.

14h51 : la situation semble se détendre du côté de l'Opéra de Paris où les gilets jaunes étaient cantonnés par les forces de l'ordre. Après une fouille, ils peuvent quitter les lieux.

14h48 : à Limoges comme à Perpignan et Toulouse, une minute de silence a été observée par les gilets jaunes, en hommage aux victimes de l'attentat de Strasbourg.

14h34 : à Bordeaux, où la mobilisation avait dégénéré en violences la semaine dernière, le nombre de manifestants est moins important ce samedi après-midi, sous la pluie.

14h22 : moins de 3 000 manifestants en début d'après-midi à Paris, d'après la préfecture de police. En Île-de-France, 110 personnes ont été interpellées en marge des manifestations, dont 95 personnes à Paris. Parmi elles, 63 ont été placées en garde à vue. 

Le quartier de l'Opéra, point chaud de la manifestation des gilets jaunes. - Visactu
Le quartier de l'Opéra, point chaud de la manifestation des gilets jaunes. © Visactu

Le point chaud de la manifestation dans la capitale, c'est l'Opéra. Les manifestants rassemblés depuis ce matin dans ce secteur y sont contenus par les forces de l'ordre.

14h19 : en Alsace, cette journée de mobilisation prend une tonalité particulière, quatre jours après l'attentat qui a fait quatre morts, selon un bilan provisoire. Dans le Haut-Rhin, les gilets jaunes ont réalisé une marche silencieuse en hommage aux victimes au pont d’Aspach. Une marche blanche devait également se tenir à Colmar.

13h45 : place de l'Opéra à Paris, les manifestants tentent toujours de sortir du périmètre bouclé par la police. La reporter de France Bleu Paris a constaté des échauffourées et des tirs de gaz lacrymogènes. 

Du côté des Champs Elysées, sur le secteur autorisé par les forces de l'ordre, c'est au contraire très calme.

13h37 : c'est tendu à Perpignan où les motards rassemblés depuis ce matin veulent passer le barrage des gendarmes qui utilisent leurs matraques.

13h33 : une centaine de manifestants sous la pluie à Nantes pour le moment selon France Bleu Loire Océan

13h28 : en Lorraine, où le mouvement des gilets jaunes avait démarré très fort le 17 novembre, ce samedi est plutôt calme. Le préfet de Meurthe-et-Moselle a interdit toute manifestation dans plusieurs communes. Quelques rassemblements ont tout de même lieu dans certaines zones du département. Un rassemblement est prévu dans le centre-ville de Nancy. Les accès à la place Stanislas sont sécurisés.

Dans les Vosges, à la mi-journée, il n'y avait, selon la préfecture, aucun barrage filtrant, mais trois rassemblements de "gilets jaunes".

13h23 : les gilets jaunes mayennais habituellement mobilisés au péage de la Gravelle ont choisi ce samedi de filtrer les accès du transporteur STG à Noyal-sur-Vilaine, en Ille-et-Vilaine.

13h17 : un nouveau mort en marge du mouvement des gilets jaunes. Un conducteur est mort vendredi soir à Erquelinnes, commune belge située à la frontière, en percutant un camion arrêté par un barrage côté français. Après un autre accident mortel de la circulation dans l'Aisne vendredi soir, il s'agit du huitième mort pendant les manifestations.

12h43 : cinq gilets jaunes en garde à vue au commissariat de Périgueux. Ce samedi matin, une cinquantaine de manifestants ont bloqué le dépôt de bus de l’agglomération (Péribus). La situation a dégénéré : selon la préfecture du Périgord, un manifestant aurait pris la bombe lacrymo d’un policier et l’a aspergé. Le mouvement a été dispersé et la police a retrouvé des masques à gaz, des boules de pétanque et des chaînes dans les voitures. Le dépôt est débloqué, mais les conducteurs exercent leur droit de retrait, donc il n’y a pas de bus.

12h37 : à Chambéry, près de 500 gilets jaunes sont réunis dans le centre-ville. Pour la première fois, l'appel à la manifestation réunit les deux départements de Savoie : des manifestants de Haute-Savoie ont rejoint le mouvement, après une opération escargot entre Annecy et Chambéry. Une centaine de policiers procède à des fouilles. La manifestation se déroule dans le calme.

12h32 : les manifestants de l'Opéra décident de sortir de la zone imposée par les forces de l'ordre. Ils alternent les Marseillaise, "Macron démission" et les appels aux RIC, le référendum d'initiative citoyenne. 

87 personnes ont été interpellées en Île-de-France, selon le dernier bilan de la préfecture de police de Paris.

12h19 : à moins d'une heure de la manifestation des gilets jaunes à Nantes, 14 camions de CRS sont entrés dans le centre de Nantes a constaté France Bleu Loire Océan. Le trafic sur les lignes 1 et 2 du tramway est partiellement suspendu.

On compte une quinzaine de manifestants sur deux rondes-points de Nantes. Ils sont une cinquantaine au péage d'Ancenis (entre Nantes et Angers) qui est gratuit dans les deux sens. En Vendée, une trentaine de gilets jaunes sont postés à La Roche-sur-Yon, au niveau de la zone commerciale.

12h12 : les gilets jaunes de l'Opéra ont observé, comme ils l'avaient annoncé, une minute de silence pour les victimes de l'attentat de Strasbourg et les morts lors du mouvement gilets jaunes.

Ce fut le cas aussi sur le périphérique de Toulouse occupé par les gilets jaunes.

12h08 : pour la première fois depuis le début de la journée, les forces de l'ordre ont utilisés des gaz lacrymogènes sur les Champs Elysées. Les groupes de manifestants qui essaient de se déplacer se disent "parqués" par la police. 

12h05 : à Marseille, un millier de manifestants remontent la Canebière en scandant "Macron démission".

12h02 : à Nice, les manifestants sont sur la Promenade des Anglais.

12 h : au Puy-en-Velay, où la préfecture a été incendiée en marge de la manifestation du 1er décembre, les gilets jaunes manifestent à nouveau ce samedi midi.

11h52 : à Toulouse, une opération escargot se déroule sur le périphérique et d'autres gilets jaunes bloquent l'entrée du centre logistique d'Amazon, au sud de la ville. France Bleu Occitanie est en direct. Les manifestations se déroulent dans le calme. Rappelons que la mobilisation du 8 décembre avait été marqué par des violences à Toulouse

11h44 : à Paris, l'Agence France Presse constate que des gilets jaunes retournent vers les Champs Elysées dont ils avaient été écartés. Ils tentent de contourner les très nombreux barrages des forces de l'ordre. Place de l'Opéra, les manifestants chantent la Marseillaise. Certains crient aussi "Macron démission".

11h16 : dans les Alpes-Maritimes, pour la première fois, les gilets jaunes de tout le département ont prévu de converger à Nice. Un rassemblement place Masséna à 11h30 est programmé ainsi qu'une vaste opération sur la Promenade des Anglais et à travers le centre-ville. Une deuxième action est également programmée dans l'après-midi. Les motards sont arrivés déguisés en Pères Noël. France Bleu Azur est en direct pour suivre la situation.

11h11 : dans le Périgord, une peu moins d'une dizaine de rassemblements sont en cours, annoncés ou terminés. A Périgueux, le dépôt des transports en commun Péribus a été bloqué plusieurs heures ce matin par une quarantaine de gilets jaunes. Leur action est désormais terminée, mais aucun bus ne circulera aujourd'hui

11h05 : à sud de Perpignan, plus de 700 motards tentent de bloquer le péage du Boulou, près de la frontière espagnole. C'est tendu entre gilets jaunes et forces de l'ordre selon le reporter de France Bleu Roussillon, Stefane Pocher.

10h59 : au moins 1 000 manifestants ont été décomptés à Paris ce samedi d'après la préfecture de police qui annonce l'interpellation de 58 personnes en Île-de-France, dont 15 à titre préventif tôt ce matin, dans des fouilles de véhicules aux péages et de sacs dans des gares de la région Île-de-France.

10h55 : dans l’Aisne, un accident mortel s'est produit en marge d'une manifestation de gilets jaunes vendredi soir vers 21h. Un couple qui circulait sur la nationale 2 à hauteur de Soissons a fait demi-tour quand il a aperçu un barrage filtrant dressé par les gilets jaunes. La voiture s'est alors retrouvée à contre-sens, le conducteur a percuté de plein fouet une voiture qui arrivait en face. Sa compagne de 44 ans a été tuée dans la collision. Le conducteur a été placé en garde à vue au commissariat de Soissons.

10h45 : à Grenoble, les gilets jaunes organisent en ce moment une marche blanche pour rendre hommage aux victimes de l'attentat de Strasbourg. Ils veulent également montrer leur détermination à manifester, malgré une mobilisation plus faible que les semaines précédentes.

France Bleu Isère signale également des rassemblements à Rives, Vienne, Voreppe, Bourgoin-Jallieu, Saint-Jean de Soudain, Saint-Quentin Fallavier, Salaise-sur-Sanne, Crolles et Satolas-et-Bonce. Sur l’A7 l’échangeur de Chanas est fermé dans les deux sens.

10h40 : à Paris, plusieurs centaines de gilets jaunes ont été bloqués par les CRS. Impossible pour eux donc de rejoindre le rassemblement qui se tient place de l'Opéra. "Pas du tout de casse, l'ambiance est très détendue" explique le journaliste de France Bleu Paris

Selon le dernier communiqué de la préfecture de police de Paris, 52 personnes ont été interpellées en Île-de-France ce samedi, dont 37 à Paris.

10h30 : dans le Calvados, quelques centaines de manifestants se sont rassemblés  sur la place du théâtre à Caen. L'ambiance beaucoup calme que la semaine dernière avec la pluie et le froid. Il faut dire qu'une partie de la Normandie est en vigilance orange à la neige et au verglas.

10h27 : en Moselle, des barrages filtrants à Forbach, Hambach, sur la ZAC de Rosselange ou encore Longeville-lès-Saint Avold..Pour le moment, tout se déroule dans le calme, indique France Bleu Lorraine. En Moselle, les gilets jaunes de Basse-Ham ont bien l'intention de manifester ce samedi.

10h14 : les départements du sud de la France sont très mobilisés depuis le début du mouvement. Dans le Vaucluse, une cinquantaine de motards organisent une opération escargot entre Avignon et Tarascon. France Bleu Vaucluse nous explique à quoi s'attendre pour cet acte V de la mobilisation.

Sur l'autoroute A7, la circulation est interdite à tous les véhicules entre Orange sud et centre.

10h08 : à Paris, les quelques centaines de gilets jaunes qui s'étaient retrouvés place de l'Etoile marchent vers l'Opéra où un appel a été lancé pour un sitting.

10h03 : la situation en Gironde en direct avec France Bleu. Dès vendredi soir, des blocages routiers ont été mis en place sur d'importants axes de circulation en Gironde et autour de la métropole bordelaise. L'A10 était fermée ce samedi matin, dans les deux sens, avant de rouvrir progressivement dans le sens Paris-Bordeaux. Mais les difficultés se déplacent sur la N10 voisine.

9h42 : vous suivez les manifestations des gilets jaunes en direct dans cet article et aussi avec France Bleu Paris et Rémi Brancato qui est aussi en direct

La préfecture de police précise avoir interpellé au total 32 personnes en Île-de-France : 17 personnes à Paris, 15 autres lors de contrôles en amont des manifestations, mis en place sur réquisition du procureur. Des contrôles sont prévus aux péages et dans les gares, selon le même dispositif que celui mis en place le 8 décembre. Les véhicules sont fouillés, tout comme les sacs  à l'arrivée dans les gares.

9h35 : les perturbations sur les autoroutes. Le PC Mobilité de Radio France nous indique qu'une dizaine d'axes autoroutiers sont fermés à la circulation. L’A7 est fermée dans le Vaucluse entre les sorties Orange centre et Orange Sud. Une opération escargots de motards gilet jaunes est en cour. Si vous arrivez par le Sud, sortie obligatoire à Cavaillon. Toujours sur l’A7, les sorties de Bollène au Nord du département et d’Avignon Nord sont également fermées. 

Fermeture également sur l'A10 au nord de Bordeaux à hauteur du péage de Virsac. Et toujours l'A6 au niveau du péage de Villefranche-sur-Saône. 

9h24 : la mobilisation des gilets jaunes en province : dans le Gard, 200 manifestants ont pris position sur un rond-point de Nîmes. France Bleu Gard Lozère nous fait suivre la situation en direct.

En Normandie, à Barentin, (Seine-Maritime), le rond-point du MacDonald a déjà été évacué par les gendarmes, sans violence, rapporte France Bleu Normandie.

9h : premières interpellations à Paris. Six personnes ont été arrêtées à Paris samedi matin, en marge de la manifestation des "gilets jaunes", selon la préfecture de police. Il y en avait 300 à la même heure la semaine dernière. "Quelques personnes avec des gilets jaunes" sont signalées dans le "secteur des Champs-Élysées".

8h47 : en raison "des risques de troubles (...) sur les voies de circulation de l'A6", les autorités ont suspendu la circulation "à hauteur du péage de Villefranche-sur-Saône" depuis 6h30 et une déviation mise en place.

8h45 : Bonjour et bienvenue dans ce direct. Nous suivrons ensemble la mobilisation des gilets jaunes à travers la France, grâce aux journalistes de France Bleu. Notez d'ores-et-déjà l'émission spéciale sur l'antenne de tout le réseau, à partir de 13h.

  - Visactu
© Visactu