Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Plus de 2000 manifestants et des dégradations pour le 26e samedi des "gilets jaunes" à Nantes

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Loire Océan

Entre 2000 et 3000 personnes ont manifesté à Nantes ce samedi 11 mai 2019. La préfecture craignait "une manifestation particulièrement violente". Elle a été plutôt calme, et s'est terminée par des heurts et de la casse. Les forces de l'ordre tentent encore de repousser les derniers manifestants.

Une manifestante devant le Mac Donald cassé lors de précédentes manifestations à Nantes
Une manifestante devant le Mac Donald cassé lors de précédentes manifestations à Nantes © Radio France - Pascal Roche

Nantes, France

La manifestation était qualifiée de "nationale" à Nantes pour ce 26e samedi de mobilisation des gilets jaunes. La préfecture attendait des manifestants de tout l'ouest et avait préparé un dispositif "inédit. Entre 2000 et 3000 manifestants ont défilé dans le centre-ville. La manifestation s'est terminée par des heurts et des dégradations.

Les principales informations

  • Selon la police, 2200 personnes ont défilé dans les rues de Nantes
  • "Un dispositif policier inédit" avait annoncé le préfet de Loire-Atlantique, Claude d'Harcourt
  • 26 interpellations jusqu'ici. Dont 12 le matin lors de contrôles préventifs. La police annonçait avoir saisi des mortiers et des fusées de détresse
  • Des vitrines et véhicules cassés quai de la fosse. "Inacceptable, inadmissible, incompréhensible" pour Yann Trichard, le président de la CCI Nantes Saint-Nazaire

Le récit de la journée

19h30 : petit à petit, tout revient à la normale même si il reste encore quelques irréductibles.

18h10 : Les manifestant sont à nouveau repoussés hors du centre-ville, sur le quai de la fosse avec les lanceurs d'eau cette fois. Sur le pont Anne de Bretagne, il y a de la confusion lorsque certains automobilistes restent bloqués dans les nuages de gaz lacrymogènes.

18h00 : En découvrant les vitres brisées de la Jeune Chambre Economique de Nantes - ses voisins - le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Nantes, Yann Trichard a confié son exaspération à France Bleu Loire Océan :"Je trouve ça inacceptable, inadmissible, incompréhensible de voir que des gens qui demandent à avoir plus de moyens s'attaquent aux gens qui leurs donnent des moyens. Je condamne le plus fermement possible toutes ces dégradations qui n'ont aucun sens."

17h00 : Le cortège s'est dispersé mais il reste quelques grappes de gilets jaunes dans le centre-ville. Ils font face aux forces de l'ordre vers Bouffay.

A la croisée des tramway et jusqu'à Bouffay, les forces de l'ordre essayent de déloger les derniers manifestants à coups de grenades lacrymogènes.

16h20 : Le cortège est entraîné loin du centre-ville, vers la Gare Maritime.

15h40 : Les manifestants sont repoussés vers la place Petite Hollande.

Des échauffourées ont éclaté entre les gilets jaunes et les forces de l'ordre. Entre jets de bouteilles et de fumigènes contre grenades de désencerclement et lacrymogènes. Ca ressemble au jeu du chat de la souris devant le CHU.

15h30 : Des manifestants ont tenté de s'en prendre au Mac Donald du carré Feydau. Il est régulièrement pris pour cible mais cette fois le restaurant est au milieu du périmètre interdit. Les forces de l'ordre ont lancé des gaz lacrymogènes.

Un abribus brûle sur le cours des 50 otages - Radio France
Un abribus brûle sur le cours des 50 otages © Radio France - Anne Patinec

15h10 : Des premières grenades de gaz lacrymogènes sont lancées cours des 50 otages.

15h00 : Le cortège retrouve le cours des 50 otages et son point de départ et entame un deuxième tour.

14h40 : Les participants sont cours Saint-Pierre où, selon la police, des premiers projectiles sont jetés sur les forces de l'ordre.

L'hélicoptère de la gendarmerie survole le centre-ville.

14h25 : la manifestation arrive devant la préfecture et passe sans heurts.

Des "gilets jaune" à Nantes - Radio France
Des "gilets jaune" à Nantes © Radio France - Anne Patinec
En tête de cortège : un soutien aux blessés lors des précédents samedi - Radio France
En tête de cortège : un soutien aux blessés lors des précédents samedi © Radio France - Anne Patinec

14h00 : Le cortège s'est élancé le long du cours des 50 otages. Sous un dispositif policier "inédit"

Les forces de l'ordre à Nantes pour le 26e samedi de mobilisation des "gilets jaunes" - Radio France
Les forces de l'ordre à Nantes pour le 26e samedi de mobilisation des "gilets jaunes" © Radio France - Anne Patinec

13h30 : Selon la police, 9 personnes ont été interpellées ce matin avant la manifestation, dont 3 pour "port d'arme prohibé".

Parmi les centaines de "gilets jaunes" qui se rassemblent, il y a le breton et figure du mouvement, Maxime Nicolle.

13h00 : Les premiers manifestants commencent à se rassembler à la croisée des tramways.

Des "gilets jaunes" à Nantes - Radio France
Des "gilets jaunes" à Nantes © Radio France - Anne Patinec

12h30 : Jusqu'à 22 heures ce soir, la préfecture a interdit à la manifestation un large périmètre du centre-ville. Seul le parcours habituel des manifestations est autorisé.