Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : General Electric dans le Territoire de Belfort

VIDÉOS - Entre 5.000 et 8.000 personnes défilent à Belfort contre le plan social chez General Electric

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon, France Bleu

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté ce samedi après-midi dans les rues de Belfort, en soutien aux salariés de General Electric touchés par un plan social. Revivez le fil de la journée avec nos reporters mobilisés sur le terrain.

Entre 5.000 et 8.000 personnes ont défilé ce samedi dans les rues de Belfort, ici le rassemblement devant la Maison du peuple à 14h.
Entre 5.000 et 8.000 personnes ont défilé ce samedi dans les rues de Belfort, ici le rassemblement devant la Maison du peuple à 14h. © Radio France - Nicolas Wilhelm

Belfort, France

Environ 5.000 personnes, selon les autorités, 8.000 selon l'intersyndicale CFE-CGC-SUD-CGT et le maire de Belfort, ont défilé ce samedi après-midi dans les rues de la ville, à l'appel des élus locaux et des syndicats, pour soutenir les salariés de General Electric touchés par un vaste plan social. France Bleu Belfort Montbéliard vous a fait vivre l'événement en direct.

Ce qu'il faut savoir

  • Elus locaux, syndicats et patronat ont appelé d'une seule voix à un grand rassemblement de soutien aux salariés de General Electric ce samedi 22 juin à partir de 14h à la Maison du peuple de Belfort
  • General Electric a annoncé fin mai la suppression de 1.050 emplois en France, dont 800 dans l'entité belfortaine produisant des turbines à gaz et qui emploie 1.900 personnes. Au total, GE emploie 4.300 salariés à Belfort
  • En 2015, le rachat du pôle Energie d'Alstom par GE s'était accompagné de la promesse de créer 1.000 emplois nets en France d'ici à la fin 2018. Une promesse non tenue, pour laquelle GE a dû payer des indemnités, avant d'annoncer finalement plus d'un millier de suppressions d'emplois.
  • Malgré le blocage d'une réunion vendredi matin par les salariés, la direction de GE a déjà lancé officiellement le plan social, la deuxième réunion est fixée au mercredi 26 juin
  • Les syndicats ont obtenu cette semaine une première victoire : une audience en référé devant le Tribunal de Grande Instance de Belfort le jeudi 27 juin pour demander l'annulation du plan social.
  • Une pétition en ligne lancée début juin par l'intersyndicale pour la défense des emplois chez GE a déjà recueilli plus de 15.000 signatures

.

Revivez le direct

18h : c'est la fin de ce direct, rendez-vous ce dimanche dès 6h sur France Bleu Belfort Montbéliard pour entendre les réactions, reportages et témoignages des salariés mobilisés. Bonne soirée.

17h15 : après un entretien qui a duré 1h15 avec les élus et l'intersyndicale, Sophie Elizéon, la préfète du Territoire de Belfort a rappelé lors d'un point presse l’engagement du gouvernement sur le dossier.

"Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, suit personnellement et quotidiennement les trois axes du dossier GE", rappelle la préfecture : la révision à la baisse du nombre d'emplois visés par le plan social, la diversification industrielle dans le bassin belfortain et l’utilisation du fonds de 50 millions versés par GE suite à la non-création des 1000 emplois fin 2018.

L’État est à l’écoute des salariés de GE"

"L’État est à l’écoute des salariés de GE, souhaite qu’un dialogue constructif s’instaure entre GE et ses salariés, et que toutes les parties prenantes se mettent autour de la table pour qu’une issue soit trouvée", indique la préfecture.

16h40 : la préfecture confirme le chiffre de 5.000 participants, au plus fort de la mobilisation. Les syndicats, eux, parlent de 8.000 personnes. La manifestation s'est désormais dispersée dans le calme.

16h00 : pendant qu'une délégation est reçue en préfecture, les manifestants patientent sous les fenêtres de la préfète, place de la République.

La délégation reçue en préfecture, les manifestants patientent à l'extérieur. - Radio France
La délégation reçue en préfecture, les manifestants patientent à l'extérieur. © Radio France - Wassila Guitoune / Nicolas Wilhelm
La délégation reçue en préfecture, les manifestants patientent à l'extérieur. - Radio France
La délégation reçue en préfecture, les manifestants patientent à l'extérieur. © Radio France - Wassila Guitoune / Nicolas Wilhelm
D'après ce salarié de General Electric : "c’est leur direction qui leur avait offert ce tee-shirt" - Radio France
D'après ce salarié de General Electric : "c’est leur direction qui leur avait offert ce tee-shirt" © Radio France - Emilie Pou

15h40 : une ambiance assez festive règne par endroits sur la manifestation, comme ici où un chanteur tourangeau apporte un soutien "musical" aux salariés de General Electric avec sa guitare.

Même les fleurs sont au soutien des salariés de General Electric. - Radio France
Même les fleurs sont au soutien des salariés de General Electric. © Radio France - Hervé Blanchard

15h30 : arrivée du cortège devant la préfecture du Territoire de Belfort. Une délégation d'élus et de syndicalistes doit être reçue d'ici 16h par Sophie Elizéon, la préfète du Territoire de Belfort.

Les manifestants arrivent devant la préfecture. - Radio France
Les manifestants arrivent devant la préfecture. © Radio France - Wassila Guitoune
Des fumigènes allumés à l'arrivée du cortège devant les grilles de la préfecture. - Radio France
Des fumigènes allumés à l'arrivée du cortège devant les grilles de la préfecture. © Radio France - Wassila Guitoune

15h15 : de nombreux manifestants sont venus en famille, ou entre amis. D'autres affichent leur soutien aux salariés de General Electric sur leur sac à main... ou leur chien. Voici quelques portraits en photos.

Un chien qui soutient le mouvement ! - Radio France
Un chien qui soutient le mouvement ! © Radio France - Emilie Pou
De nombreux manifestants sont venus en famille ou entre amis - Radio France
De nombreux manifestants sont venus en famille ou entre amis © Radio France - Hervé Blanchard
Les enfants aussi sont dans le cortège - Radio France
Les enfants aussi sont dans le cortège © Radio France - Emilie Pou

15h : "Aucune hésitation, on veut la subversion" chantent les manifestants dans le cortège des syndicats, alors qu'il arrive place Corbis.

Les manifestants sur le pont Carnot de Belfort, direction la préfecture. - Radio France
Les manifestants sur le pont Carnot de Belfort, direction la préfecture. © Radio France - Hervé Blanchard

14h53 : le maire Les Républicains de Belfort Damien Meslot et le leader de la France Insoumise Jean Luc Mélenchon s'affichent côte à côte en tête de cortège.

Damien Meslot et Jean-Luc Mélenchon côte à côte. - Radio France
Damien Meslot et Jean-Luc Mélenchon côte à côte. © Radio France - Wassila Guitoune

D'autres personnalités politiques étaient également présentes dans cette manifestation, comme la sénatrice de gauche Marie-Noëlle Lienemann (Gauche républicaine et socialiste, ex-PS), la porte-parole de Lutte Ouvrière Nathalie Arthaud, le député PCF du Nord Alain Bruneel, Philippe Poutou, porte-parole du NPA, ou encore Julien Odoul, conseiller régional Rassemblement National de Bourgogne Franche-Comté. Plus d'infos dans cet article.

Jean-Luc Mélenchon répond aux questions des journalistes. - Radio France
Jean-Luc Mélenchon répond aux questions des journalistes. © Radio France - Wassila Guitoune

14h50 : les commerçants du centre-ville étaient appelés à baisser leurs rideaux au passage de la manifestation, entre 14h30 et 15h30, en signe de soutien aux salariés de General Electric.

Opération "ville morte" dans les rues de Belfort au passage de la manifestation. - Radio France
Opération "ville morte" dans les rues de Belfort au passage de la manifestation. © Radio France - Hervé Blanchard
Les commerçants étaient appeler à baisser leur rideau. - Radio France
Les commerçants étaient appeler à baisser leur rideau. © Radio France - Wassila Guitoune

14h40 : la manifestation s'élance en direction de la préfecture du Territoire de Belfort, où une délégation va être reçue. Elus locaux et syndicats sont en tête de cortège. Les manifestants vont défiler en passant par le Faubourg des ancêtres, le pont Carnot, puis le boulevard Carnot.

Les élus locaux et les syndicalistes sont en tête de cortège. - Radio France
Les élus locaux et les syndicalistes sont en tête de cortège. © Radio France - Wassila Guitoune
Sur la droite : Christophe Grudler, Florian Bouquet, Ian Boucard... les élus locaux. - Radio France
Sur la droite : Christophe Grudler, Florian Bouquet, Ian Boucard... les élus locaux. © Radio France - Emilie Pou

14h30 : les représentants syndicaux se succèdent au micro pour prendre la parole devant la foule rassemblée. "Chaque fois qu'on aura besoin de vous, on vous appellera", déclare Francis Fontana, délégué Sud chez GE.

"Belfort debout, soulève-toi", a scandé la foule, à laquelle le délégué CFE-CGC Philippe Petitcolin a lancé : "L'important, c'est de mettre fin au massacre de GE !"

Une banderole "soutien aux Alsthommes de General Electric" - Radio France
Une banderole "soutien aux Alsthommes de General Electric" © Radio France - Nicolas Wilhelm / Hervé Blanchard

14h20 : 5.000 personnes rassemblées devant la Maison du Peuple selon les estimations de la préfecture du Territoire de Belfort.

14h10 : la place devant la Maison du peuple de Belfort est noire de monde, "il faut entrer en résistance" déclare devant la foule, Philippe Petitcolin, délégué CFE-CGC chez General Electric. 

Le délégué syndical Philippe Petitcolin prend la parole au micro devant la foule rassemblée. - Radio France
Le délégué syndical Philippe Petitcolin prend la parole au micro devant la foule rassemblée. © Radio France - Wassila Guitoune

13h58 : les entreprises du Territoire de Belfort sont inquiètes. "Près de 3.000 emplois directs et indirects sont menacés", avec le plan social chez General Electric. Le géant américain fait travailler de nombreux sous-traitants dans le nord Franche-Comté, comme nous le relations dans cet article.

CCI, CPME 90 et Medef Franche-Comté : une banderole commune pour défendre l'emploi local. - Radio France
CCI, CPME 90 et Medef Franche-Comté : une banderole commune pour défendre l'emploi local. © Radio France - Hervé Blanchard
Une pancarte devant la Maison du peuple... qui n'est pas sans rappeler la devise de la Franche-Comté : COMTOIS, RENDS-TOI ! NENNI, MA FOI ! - Radio France
Une pancarte devant la Maison du peuple... qui n'est pas sans rappeler la devise de la Franche-Comté : COMTOIS, RENDS-TOI ! NENNI, MA FOI ! © Radio France - Hervé Blanchard

13h50 : de nombreux élus locaux ont fait le déplacement avec leurs écharpes tricolores. Sur cette photo : Pierre Rey (4ème en partant de la gauche) le président de l'association des maires du Territoire de Belfort, aux côtés de Michel Zumkeller le député UDI du Territoire, avec des maires des communes du département.

Les maires des communes du Territoire de Belfort, aux côtés du député Michel Zumkeller. - Radio France
Les maires des communes du Territoire de Belfort, aux côtés du député Michel Zumkeller. © Radio France - Hervé Blanchard
La commune de Danjoutin affiche son soutien aux salariés de General Electric. - Radio France
La commune de Danjoutin affiche son soutien aux salariés de General Electric. © Radio France - Nicolas Wilhelm

13h40 : déjà plusieurs centaines de personnes devant la Maison du peuple à Belfort, le début de la manifestation est annoncé pour 14h. Une centaine de gilets jaunes, pour certains venus de Besançon (Doubs), sont présents.

Au moins une centaine de gilets jaunes, certains venus de Besançon, sont présents. - Radio France
Au moins une centaine de gilets jaunes, certains venus de Besançon, sont présents. © Radio France - Hervé Blanchard / Wassila Guitoune

12h10 : fin du point presse, à venir : le début de la manifestation à 14h, devant la Maison du peuple de Belfort.

11h50 : Selon Jean-Luc Mélenchon, l'usine de General Electric à Belfort, "fait des productions qui ne sont pas interchangeables demain. Les personnes qui savent le faire aujourd'hui, les techniques qui sont mises en oeuvre ne sont pas remplaçables d'un coup de crayon". Réécoutez la prise de parole de Jean-Luc Mélenchon.

"Je voudrais attirer l'attention de tous sur le caractère exceptionnel de la mobilisation qui est en train de s'organiser"

Il a dénoncé "une idéologie folle d'après laquelle l'argent finirait par s'investir au bon endroit où on produit les bonnes choses", poursuivant : "Ceux qui pensent ça ne connaissent rien à la production industrielle".

11h45 : "Je ressens comme une blessure", a affirmé Jean-Luc Mélenchon lors du point presse. "L'idée qu'on puisse abandonner de tels outils, de tels collectifs humains, toute une population qui depuis au moins un siècle se mobilise sur la production industrielle" le scandalise. "C'est davantage qu'une usine dont il est question", a-t-il encore poursuivi, soulignant le "caractère exceptionnel" de la mobilisation annoncée ce samedi à Belfort.

11h40 : "C'est tout un territoire qui va rentrer en lutte pour dire non à un plan social qui n'a ni queue ni tête !", a lancé Philippe Petitcolin, délégué CFE-CGC, lors du point presse. "L'objectif, c'est que le combat prenne une dimension nationale", a-t-il ajouté. 

Il faut faire reculer le rouleau compresseur mis en marche par GE"

Appelant à "faire reculer le rouleau compresseur mis en marche par General Electric", Philippe Petitcolin a estimé que "le seul qui peut le faire, c'est M. Macron, qui doit interpeller les dirigeants de General Electric".

11h20 : de nombreux élus locaux en mairie de Belfort pour un "accueil républicain" avant le début de la manifestation. La sénatrice de gauche Marie-Noëlle Lienemann (Gauche républicaine et socialiste, ex-PS) est présente, tout comme la présidente PS de région Bourgogne Franche-Comté Marie-Guite Dufay, ou encore le député LR du territoire de Belfort Ian Boucard.

Les élus réunis en mairie avant le début de la manifestation. - Radio France
Les élus réunis en mairie avant le début de la manifestation. © Radio France - Hervé Blanchard

11h05 : le maire de Belfort Damien Meslot intervient pour calmer le jeu. Les élus du Rassemblement National empêchés de rentrer dans la salle pour le point presse.

11h : tensions en mairie de Belfort avant le premier point presse des élus et des syndicats, les élus du Rassemblement National ne sont pas les bienvenus. Ils ont été repoussés par les services de sécurité de l'intersyndicale.

10h55 : le leader de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon est arrivé en mairie de Belfort, accueilli par le maire. "Damien Meslot est mon allié aujourd'hui", déclare Jean-Luc Mélenchon. 

.

Le déroulé de la journée

  • 11h : accueil républicain des élus à la mairie de Belfort en présence de l’intersyndicale
  • 11h30 : conférence de presse de l’intersyndicale en présence des élus à la mairie de Belfort
  • 14h : prise de parole de l’intersyndicale au départ de la manifestation à la maison du peuple
  • Vers 16h : prise de parole de 2 minutes de chaque responsable syndicale et politique pendant que la délégation sera reçue en préfecture
  • Au plus tard à 17h : conférence de presse de l’intersyndicale à sa sortie de la préfecture

.