Économie – Social

Bus et trams à Strasbourg : des amendes plus chères à partir du 1er décembre

Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass mardi 14 novembre 2017 à 17:29

A Strasbourg, la CTS exploite le plus grand réseau de tramway de France.
A Strasbourg, la CTS exploite le plus grand réseau de tramway de France. © Maxppp - Jean-Marc Loos

La Compagnie des transports strasbourgeois va durcir son dispostif de lutte contre la fraude à bord des bus et des trams. A compter du 1er décembre 2017, les tarifs des amendes seront plus élevés et les contrôles seront plus réguliers.

Gare aux contrevenants. La Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) annonce ce mardi 14 novembre, qu'elle va durcir son dispositif de lutte contre la fraude. A Strasbourg, le taux de fraude n'est pas le plus élevé de France (9,7% contre 14% à Lyon par exemple ou 10,6% à Rennes), mais elle coûte tout de même 4 millions d'euros par an à la CTS.

L'évolution du nombre de fraudeurs dans les transports en commun à Strasbourg depuis 2008. - Aucun(e)
L'évolution du nombre de fraudeurs dans les transports en commun à Strasbourg depuis 2008. - CTS

Intensification et évolution des contrôles

A partir du 1er décembre, l'entreprise prévoit d'intensifier ses contrôles. Les équipes seront plus nombreuses et réorganisées. Les méthodes de contrôle vont également évoluer. Les agents pourront désormais vérifier votre titre de transport à la descente du tram ou du bus, sur le quai ou aux arrêts. Les contrôleurs pourront désormais être en civil. C'est déjà le cas à Lille ou à Lyon.

Tarif en hausse pour les amendes

Enfin, il fallait s'y attendre, les tarifs des amendes vont augmenter à partir du 1er décembre. Si vous n'avez pas de billets, ce sera 60 euros si vous réglez immédiatement contre 51 euros actuellement. Si vous n'avez pas votre carte d'abonnement Badgeo sur vous, la contestation de l'amende vous coûtera 20 euros contre 15 aujourd'hui.

Les tarifs des amendes à la CTS. - Aucun(e)
Les tarifs des amendes à la CTS. - CTS

D'autre part, pour faire face à l'augmentation du nombre d'agressions de contrôleurs ces dernières années, la CTS va expérimenter pendant 6 mois un dispositif de caméra-piéton. Les contrôleurs pourront la déclencher quand une situation devient conflictuelle.