Économie – Social

Chute record de la production de truffes de Bourgogne cette année

Par Justine Dincher, France Bleu Bourgogne vendredi 1 janvier 2016 à 17:00

La truffe de Bourgogne se fait rare cette année.
La truffe de Bourgogne se fait rare cette année. © Radio France - Justine DINCHER

Cette année, la récolte de la truffe de Bourgogne a été très mauvaise. La faute à un été chaud. Conséquence pour les consommateurs : les prix flambent, et ces champignons se font rares sur nos tables de fêtes.

Ils ont pourtant creusé bien profond ! Les producteurs ont récolté dix à vingt fois moins de truffes de Bourgogne cette année. Après un été sec et chaud, les champignons sont morts prématurément ou ne se sont pas développés correctement en 2015. Les amateurs de truffe de Bourgogne ont donc du sortir de très gros billets pour proposer ce bien rare, sur leurs tables, au moment des fêtes.

10 à 20 fois moins de truffes de Bourgogne

Les truffes de Bourgogne, aussi appelées Tuber Uncinatum, sont petites cet hiver. _D'autres sont mortes avant même d'être récoltées. _"Cette année, nous avons eu très très peu de produits. Par exemple, sur le marché de Noyers-sur-Serein, dans l'Yonne, le plus gros marché aux truffes de Bourgogne, nous avons eu trois kilos à vendre. D'habitude, nous avions 70 !", explique Patrice d'Arfeuille, le président du syndicat des producteurs de truffes de Bourgogne. Le syndicat annonce que la récolte est dix à vingt fois moins importante qu'en 2014.

REPORTAGE | C'est une année "catastrophique" pour les trufficulteurs.

Au domaine du château d'Entre-Deux-Monts, à Concoeur-et-Corboin près de Nuits-Saint-Georges, Thierry BEZEU n'a récolté que 5-6 kilos de truffes cette année. "C'est une année catastrophique ! On a ramassé 10% de ce que nous récoltons habituellement", confie ce récoltant-négociant dans sa boutique dijonnaise.

Des truffes petites "comme des billes"

Comme les cinq autres espèces de truffe en Europe, la truffe bourguignonne n'aime ni l'eau, ni la sécheresse. Ces champignons naissent en fin d'hiver ou au début du printemps, et se développent en juin, juillet et août. Or, cette année, la région a connu un printemps sec et surtout un été chaud. "Comme nous n'avons pas eu d'eau, la truffe ne s'est pas développée", raconte Patrice d'Arfeuille.

INTERVIEW | Patrice D'ARFEUILLE, président du syndicat des trufficulteurs.

Thierry BEZEU, récolteur-négociant près de Nuits-Saint-Georges, explique : "les truffes ont du grossir dans un sol très sec, donc 90% des champignons que nous avons récolté étaient petits comme des billes".

Thierry BEZEU dans sa boutique dijonnaise 100% truffes. - Radio France
Thierry BEZEU dans sa boutique dijonnaise 100% truffes. © Radio France - Justine DINCHER

En revanche, si les quantités ont été moindres, la qualité est exceptionnelle. "Le parfum est très puissant en bouche, comme si les truffes avaient été concentrées en raison du manque d'eau en 2015", rassure le président du syndicat.

Des prix doublés

Conséquence de cette baisse record de la production de champignons : les prix de vente explosent, le cours de la truffe atteint des sommets. Patrice d'Arfeuille confie qu'il n'avait jamais connu ça : "nous avons vu des prix allant jusqu'à 850 euros le kilo, alors que généralement, nous le vendions 400 euros, donc au moins le double !" Le prix de la truffe de Bourgogne se rapproche même celui de la truffe noire du Périgord. Cette prestigieuse espèce s'est vendu jusqu'à 1300 euros le kilo.

Thierry BEZEU l'a bien remarqué : "de nombreux restaurateurs ont décidé de ne pas faire de menus à partir de truffe de Bourgogne, parce que c'était trop cher". Au domaine du château d'Entre-Deux-Monts, à Concoeur-et-Corboin, ce récoltant-négociant a arrêté la récolte de la truffe il y a deux trois semaines, alors que normalement elle se termine en février.

La Boutique de la Truffe à Dijon : 5 rue Chaudronnerie, 21000 DIJON.