Économie – Social

Dix futures lissières entament leur formation à la Cité de la Tapisserie d'Aubusson

Par Audrey Tison, France Bleu Creuse mardi 6 septembre 2016 à 21:53

Premier contact avec le métier à tisser et la technique de la chaîne
Premier contact avec le métier à tisser et la technique de la chaîne © Radio France - Audrey Tison

La première promotion du Brevet des Métiers d'art dénommé "Arts et techniques du tapis et de la tapisserie de basse lisse" vient de commencer les cours, au sein de la Cité internationale de la Tapisserie à Aubusson. Ce diplôme est désormais reconnu par l'Education nationale et très prisé..

Elles ont deux ans pour apprendre le métier de lissière, 10 étudiantes ont fait lundi leur rentrée au sein de la Cité internationale de la Tapisserie à Aubusson. C'est la première promotion du Brevet des Métiers d'art dénommé "Arts et techniques du tapis et de la tapisserie de basse lisse". Une formation de lisseur existait déjà à Aubusson, mais elle n'était pas reconnue par l'Education nationale. Ce diplôme équivaut au Bac et comporte des enseignements plus pointus que la précédente version de la formation.

J'ai regardé un documentaire, j'ai vu un lissier, le geste, entendu le bruit, et je me suis dit que ca me plairait bien, raconte Chloé une Toulousaine de 33 ans.

Dans les faits, ces futures lissières ont déjà leur bac et elles ont fait l'objet d'une sélection. Leur formation de deux ans leur permettra d'apprendre les bases du métier et de différentes techniques au contact de professionnels, avec en complément des cours d'histoire de l'art et de sciences, pour maîtriser le fil de A à Z. Avec leur diplôme, elles espèrent bien trouver un emploi en profitant des nombreux départs à la retraite en cours ou à venir dans les manufactures.

Ma mère et ma grand-mère était lissière, j'ai essayé d'autres domaines mais la tapisserie c'est le seul métier qui m'a autant plu, explique  Sarah, une Aubussonnaise de 27 ans.

Cette reconnaissance a créé un regain d'attractivité, on vient désormais de loin pour suivre les cours à Aubusson : de Clermont-Ferrand, Toulouse ou encore Bordeaux. Les étudiantes (toutes des femmes, le hasard de la sélection) affichent des profils très variées, certaines sortent de leurs études, d'autres ont déjà travaillé 30 ans, mais elles ont toutes une passion pour l'art et l'artisanat. Il leur faudra de la volonté et beaucoup de patience pour devenir des professionnelles de la tapisserie.

L'atelier se situe au 3e étage de la Cité de la tapisserie - Radio France
L'atelier se situe au 3e étage de la Cité de la tapisserie © Radio France - Audrey Tison

Partager sur :