Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dordogne : vingt postes menacés à la Socat à Terrasson

mardi 30 octobre 2018 à 19:15 Par Caroline Pomès, France Bleu Périgord

C'est un coup dur pour les 250 employés de la Socat. La direction a confirmé aux élus du personnel ce mardi après-midi en comité d'entreprise une nouvelle délocalisation de la production en Albanie qui menace indirectement 20 postes en Dordogne.

Capture d'écran de l'entrée de la Socat à Terrasson-Lavilledieu
Capture d'écran de l'entrée de la Socat à Terrasson-Lavilledieu - Google Maps

Terrasson-Lavilledieu, France

Les rumeurs ont été confirmées. Lors d'un comité d'entreprise, la direction de la Socat, qui fabrique des pièces automobiles et aéronautiques à Terrasson-Lavilledieu a mis fin aux on-dit. Ils veulent tripler la production en Albanie au détriment des chaines périgourdines. 

20 emplois menacés

La direction veut passer de 2 à 6 millions d'euros de chiffres d'affaire en Albanie en délocalisant une partie de la chaîne automobile périgourdine dans l'Est de l'Europe. En Dordogne, 20 personnes travaillent sur ces machines. 

La direction affirme que les 20 postes ne seront pas supprimés. Elle préfère préserver ces emplois et ne plus faire appel aux intérimaires. Ils sont 30 à travailler à la Socat en ce moment, certains depuis plus d'un an selon la CGT. 

Les syndicats très inquiets pour l'avenir 

Si la direction ne parle pas de plan social "sec" pour 2019, elle n'a pas su présenter un plan économique sur trois ans aux syndicats. Selon Guy Estruc, délégué CGT, "les patrons avaient l'air inquiets" sur l'avenir. Les syndicats ont peur du pire : la suppression de postes d'ici trois ans. 

Ambiance tendue à la Socat

Plusieurs réunions avec la direction et les employés auront lieu la semaine prochaine pour les annonces officielles. 

Dans ce climat très tendu entre la direction et les salariés, plus de 80% du personnel a débrayé ce mardi matin de 11 à 13 heures. Ils dénoncent le futur licenciement, pas encore acté, d'une collègue qui travaille depuis 28 ans à la Socat. La CGT parle d'un licenciement abusif, basé sur des rumeurs.