Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dordogne : 95 emplois supprimés chez Rougié à Sarlat

mercredi 10 janvier 2018 à 19:56 Par Valérie Dejean, France Bleu Périgord

95 postes vont être supprimés au sein de l'usine de foie gras Rougié à Sarlat. C'est l'une des conséquences du plan de restructuration annoncé par le groupe Euralis mercredi.

La mobilisation  de la CGT devant l'entreprise Rougié à Sarlat
La mobilisation de la CGT devant l'entreprise Rougié à Sarlat © Radio France - Valérie Déjean

Sarlat-la-Canéda, France

Le couperet est tombé mercredi. 95 postes sur les 152 existants devraient  être supprimés d'ici 2019 à l'usine de foie gras Rougié à Sarlat.

C'est l'une des conséquences de la restructuration programmée par Euralis, la coopérative agroalimentaire. Mercredi, près de 80 salariés ont débrayé une heure sur le site de l'usine à Sarlat à l'appel de la CGT avant d'être convoqués par la direction pour apporter d'éventuelles précisions. Mais la plupart estiment n'avoir pas appris grand chose de neuf. Tous s'inquiètent de l'avenir.

Rougié, c'est toute ma vie - Monique 

La majorité des salariés ont fait l'ensemble de leur carrière chez Rougié. La moyenne d'âge est de 51 ans. Le reclassement sera d'autant plus dur, et les lendemains s'annoncent difficiles pour Monique, employée chez Rougié depuis 32 ans.

On a des crédits, des loyers à payer, des maisons, des enfants. Si on n'a plus de salaire, on n'a plus rien. Moi ça fait 30 ans que je suis là, Rougié, c'est toute ma vie. Ça fait très mal" — Monique.

Le maire de Sarlat, Jean Jacques de Peretti ne décolère pas. Les dirigeants du groupe vus en juillet l'avait rassuré sur l'avenir. Aujourd'hui, il dénonce des méthodes qui ne sont pas correctes et menace : "Je ne laisserai pas faire les choses." 

De son côté Germinal Peiro, le président du conseil départemental  veut provoquer la tenue d'une table ronde sur la question, mais semble sans illusions. " C'est une catastrophe économique et sociale pour le sarladais. Je crains qu'on n'ait pas les moyens de faire bouger les choses. "

Une réunion est programmée sur le site le 19 janvier prochain.