Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des ouvriers étrangers pas payés depuis deux mois sur le chantier d’une centrale photovoltaïque

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Périgord

La secrétaire générale de la CGT en Dordogne, Corinne Rey, dénonce la situation d'une vingtaine de salariés étrangers sur le chantier d’une centrale photovoltaïque à Saint-Quentin-du-Dropt dans le Lot-et-Garonne. Ils seraient bloqués, en attente de salaire, alors que le chantier prend fin.

Les ouvriers concernés travaillent sur un chantier de panneaux photovoltaïques à Saint-Quentin-du-Dropt dans le Lot-et-Garonne (illustration)
Les ouvriers concernés travaillent sur un chantier de panneaux photovoltaïques à Saint-Quentin-du-Dropt dans le Lot-et-Garonne (illustration) © Radio France - Alexandre Chassignon

La CGT tire la sonnette d'alarme. Une vingtaine de travailleurs étrangers sont payés en pointillé sur un chantier de panneaux photovoltaïques à Saint-Quentin-du-Dropt dans le Lot-et-Garonne. Cela fait deux mois qu'ils n'ont pas de salaire. Ils logeaient jusqu'à présent à Plaissance mais les travaux prennent fin ce vendredi 28 mai. Ils risquent de se retrouver bloqués et sans logement.

Contactée ce lundi 31 mai, la société Corsica Sole, à l'origine de la commande, précise que les salariés recevront leurs salaires ce lundi, au plus tard, mardi 1er juin. Après avoir pris connaissance de la situation, en fin de semaine dernière, elle s'est chargée de s'assurer que les salariés soient logés. 

Des sous-traitants, de sous-traitants

"Ce sont des salariés espagnols, boliviens, vénézuéliens, nicaraguayens, ou venants d’Afrique subsaharienne. Tous employés par une société espagnole qui est sous-traitante, d'un sous-traitant sur ce chantier", explique Corinne Rey secrétaire générale de la CGT en Dordogne. 

Ces ouvriers travaillent tous pour la construction d'une centrale photovoltaïque à la frontière avec la Dordogne. Un chantier à l'organisation complexe. Il s’agit au départ d’une commande de Corsica Sole. Cette société a ensuite sous-traité à Eiffage Energie le chantier, qui a lui-même sous-traité à l’entreprise Axial Structural, qui a elle-même sous-traité à une autre société espagnole. C'est cette dernière qui emploie la vingtaine de salariés en difficulté. 

"Une situation de plus en plus récurrente"

Contacté par France Bleu Périgord, Eiffage Energie reconnait avoir été informé de cette situation. Le groupe explique suivre "avec attention l'évolution de la situation". Il précise qu'il a été "exigé que le sous-traitant concerné prenne des mesures immédiates afin de régulariser la situation et s’assure que les salariés concernés soient logés et nourris"

Mais le cas de ces ouvriers étrangers ne serait pas une première. "Une situation de plus en plus récurrente", dénonce Corinne Rey. "Ces chantiers de l'économie verte bénéficient souvent d'aides gouvernementales. Il y a des millions voire des milliards d'euros qui circulent. On demande que les conditions d'appels d'offres soient plus drastiques et qu'il n'y ait pas de sous-traitance."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess