Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dordogne : il y aura bien du foie gras sur les tables à Noël, même si son prix va augmenter

lundi 27 novembre 2017 à 6:01 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord

La Dordogne n'as pas été touché par le deuxième vide sanitaire lié au virus H5N8 et il s'agit souvent de petits producteurs. Conséquence : la production n'a pas baissé significativement cette année, même si les prix devraient augmenter pour Noël

Des oies, dans un élevage, chez un producteur de Tursac
Des oies, dans un élevage, chez un producteur de Tursac © Radio France - Antoine Balandra

Dordogne, France

Oui, il y aura bien du foie gras à Noël en Dordogne. Et non, la production n'a - quasiment - pas baissé en Périgord. Depuis plusieurs jours, les consommateurs commencent à reconstituer les stocks en vue de la période de Noël.

Avec une certaine inquiétude... Car la production a beaucoup baissé dans certains coins du Sud Ouest et en France en général. -20% par rapport à l'an dernier en France. Il ne reste plus que 23 millions de canards dans les élevages contre 38 millions en 2015 !

Car certains départements, très gros producteurs comme les Landes, ou encore le Gers ont eu à subir deux vagues de grippe aviaire. Le H5N1 en 2015- 2016 et le H5N8 en 2016-2017.

Résultat, deux vides sanitaires, une production en chute libre, et des prix qui devraient augmenter pour ce Noël.

Pas la même chanson en Dordogne

Oui, mais en Dordogne, c'est un peu différent. Les exploitations sont souvent plus petites, et le département a échappé à la deuxième vague de grippe aviaire, celle du virus H5N8. Alors le production a peu évolué. Exemple chez un producteur de foie gras d'oie à Tursac, près des Eyzies en Périgord noir.

Du foie gras - illustration - Maxppp
Du foie gras - illustration © Maxppp - Maxppp

Joël Carbonnière l'explique : "la production n'a pas baissé, pas du tout, le volume même d'après les collègues qui gavent du canard devrait être assez stable" dit l'éleveur.

Mais il y aura un impact sur les prix de vente, y compris en Dordogne.

"L'augmentation est la conséquence de la mise aux normes sur les exploitations par rapport aux sas, aux enfouissements de lisier etc" explique Joël Carbonnière

Cet éleveur de Tursac a par exemple dû investir près de 35 mille euros pour se mettre aux normes. Il a déjà augmenté ses prix de 2 à 3% l'an dernier, comme nombre de ses collègues. Il n'y touchera pas cette année, mais pourrait envisager une hausse légère l'an prochain.

Loïc Ménager, directeur du site Euralis Rougié de Sarlat - Radio France
Loïc Ménager, directeur du site Euralis Rougié de Sarlat © Radio France - Antoine Balandra

L'histoire n'est pas du tout la même chez les industriels, qui eux, voient leur production chuter largement. C'est le cas chez l'industriel Euralis à Sarlat qui produit notamment la marque de foie gras Rougié et qui s'approvisionne - notamment - dans les départements du Gers, ou encore des Landes ou des Pyrénées Atlantiques. Cette année, la production est tombée à 600 tonnes seulement contre 900 l'an dernier. La demande, elle, est plutôt en hausse. Là aussi, les prix devraient donc augmenter.