Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dordogne : l'avenir des menuiseries Grégoire devant le tribunal

lundi 23 juillet 2018 à 20:06 Par Benjamin Fontaine et Valérie Dejean, France Bleu Périgord

Le tribunal de commerce de Paris va devoir dire si une reprise de l'entreprise de Saint-Martial-d'Artenset est possible.

Les menuiseries Grégoire à Saint-Martial-d'Artenset.
Les menuiseries Grégoire à Saint-Martial-d'Artenset. - Google Street View

Les 436 employés du Groupe Menuiseries Grégoire seront sans doute fixés sur leur sort à la fin du mois de juillet. L'avenir de cette société de Saint-Martial-d'Artenset sera évoqué ce mardi 24 juillet devant le tribunal de commerce de Paris. Il s'agit de la deuxième audience pour cette entreprise fabriquant des fenêtres et des portes depuis 1907 et placée en redressement judiciaire le 18  juillet dernier. 

210 à 260 emplois pourraient être sauvegardés

Deux repreneurs potentiels étaient sur les rangs au début du mois. Ils seraient désormais quatre, mais seuls deux paraissent sérieux. L'une des offres de reprise est portée par un groupe financier adossé à la banque publique d'investissement qui reprendrait 260 des 436 emplois. L'autre projet pourrait émaner de la société Lorillard basée à Chartres en Eure-et-Loir. Elle travaille dans le même secteur et a déjà racheté en 2015, une entreprise en difficulté à Decazeville. Si le projet était mené à bien, en l'état 210 emplois pourraient être sauvés.

Jusqu'à 600 employés dans les années 2000

Quelque soit le choix du tribunal fin juillet, il y aura sans doute de la casse au niveau social. Les élus du secteur se préparent à se mobiliser pour accompagner d’éventuels licenciements. Une page sombre pour cette entreprise créée il y a un peu plus de 100 ans et qui a employé jusqu'à 600 personnes dans les années 2000. La crise du bâtiment et des problèmes de marge récurrents ont plombé la société.