Économie – Social

Dordogne : la CGT coupe l'électricité aux domiciles des parlementaires socialistes

Par Marie-Sylvie Prudhomme, France Bleu Périgord et France Bleu mardi 28 juin 2016 à 17:34

La CGT Energie Dordogne assume les coupures aux domiciles des parlementaires
La CGT Energie Dordogne assume les coupures aux domiciles des parlementaires © Maxppp - Maxppp

Pour protester contre la loi travail, la CGT Energie 24 a pratiqué des coupures d'électricité entre hier lundi 27 juin et aujourd'hui mardi 28 juin. Le syndicat a ciblé les domiciles des parlementaires socialistes de Dordogne.

Dans un communiqué, le syndicat CGT Energie 24 revendique des coupures d'électricité chez des élus de la Dordogne entre le lundi 27 juin et le mardi 28 juin. Cette action s'inscrit dans le cadre de la onzième journée de protestation contre la loi travail. Selon le syndicat, les coupures ont ciblé les députés et les sénateurs socialistes du département. Pour la CGT, " le gouvernement ne veut rien entendre, n'écoute que le MEDEF et s'obstine à porter ce projet".

Pour la CGT, il faut s'attaquer aux symboles politiques forts

Les syndicalistes CGT ont donc procédé à des coupures d'électricité aux domiciles des parlementaires socialistes. Eric Rebière, du syndicat CGT Energie, assume : "nous avons fait des coupures ciblées pour impacter le moins possible les usagers, mais nous avons fait des coupures où il y avait un symbole politique et économique fort". Des coupures ont donc été réalisées au domicile du sénateur socialiste Bernard Cazeau à Ribérac mais ce dernier était absent. En revanche, le député socialiste Pascal Deguilhem était chez lui à Saint-Aquilin. Il s'est d'ailleurs inquiété auprès des services d'Enedis (ex ERDF) de ces coupures intempestives.

"C'est contraire aux bonnes règles et ce n'est pas une façon de faire avancer la lutte"  (Pascal Deguilhem, député)

Le député socialiste apprécie moyennent ce type d'initiative."Je pense que des voisins ont été touchés également, ce qui est totalement anormal, c'est contraire aux bonnes règles et ce n'est pas forcément une façon de faire avancer la lutte, qu'elle soit légitime ou moins selon l'appréciation de chacun".

Le syndicat CGT Energie a également procédé à des coupures hier lundi aux papeteries de Condat au Lardin-Saint-Lazare. "Cette filiale du groupe espagnol Lecta a subi un plan social en 2013 ayant entraîné 154 licenciements... un plan social est à nouveau à craindre" selon le syndicat.

Enedis (ex ERDF) a porté plainte et a ouvert une enquête sur ces coupures "sauvages".