Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dordogne : la secrétaire d'Etat à l'économie n'a pas prévu de se rendre aux papeteries de Condat

-
Par , , France Bleu Périgord

Agnès Pannier-Runacher se rend en Dordogne ce mercredi 14 août. Elle est attendue à Montignac pour visiter l'entreprise Pastel Girault. Elle n'ira pas à Condat où les papeteries sont menacées de fermeture, ce n'est pas prévu dans son programme

Les papeteries emploient 600 personnes à Condat. Photo d'illustration
Les papeteries emploient 600 personnes à Condat. Photo d'illustration © Maxppp - Sounalet

Condat, France

Sur le programme transmis par la préfecture, une seule destination est détaillée pour cette visite gouvernementale, c'est Montignac. Agnès Pannier-Runacher visite ce mercredi 14 août l'entreprise Pastel Girault, labellisée entreprise du patrimoine vivant depuis 2013.

600 emplois menacés à Condat

La secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances n'a pas prévu d'autres déplacements en Dordogne. Pourtant, à 11 kilomètres de là, les 600 salariés des papeteries Condat auraient été ravis de la recevoir. Leur entreprise est menacée de fermeture. 

En décembre 2018, le gouvernement a promis d'acheter de l'énergie aux papeteries pour un montant de 35 millions d'euros. Un engagement qualifié "d'exceptionnel pour accompagner le développement du site tout en favorisant sa compétitivité énergétique" avait écrit Agnès Pannier-Runacher. 

Une promesse contrariée par l'Union Européenne en juillet dernier qui bloque ces 35 millions d'euros. 

Plusieurs lettres envoyées au gouvernement

Les élus du département ont écrit à Emmanuel Macron pour lui demander une solution pour débloquer ces 35 millions qui sont indispensables à la survie du site. 

Au début du mois d'août, Andréa Minguzzi, le président du groupe Lecta, propriétaire des papeteries, a même écrit à Agnès Pannier-Runacher pour avoir des nouvelles. Il n'a pas eu de réponse jusqu'à présent. 

Choix de la station

France Bleu