Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dordogne : la seule boulangerie de Vélines menacée de fermer, les habitants se mobilisent

vendredi 31 août 2018 à 19:03 Par Hugo Checinski, France Bleu Périgord

La seule boulangerie de Vélines (24) a jusqu'au 5 septembre pour réunir 20 000€ et ne pas être obligé de fermer ses portes. Les habitants du village ont lancé une cagnotte pour les soutenir.

Christelle, Stéphane et leur fils ont jusqu'au 5 septembre pour trouver 20 000 €
Christelle, Stéphane et leur fils ont jusqu'au 5 septembre pour trouver 20 000 € - Christelle Casagrande

Vélines, Dordogne, France

"C'est comme si c'était vingt ans de travail réduit à néant." Christelle Casagrande est au bord des larmes. Sa boulangerie est menacée de fermer. Depuis 4 ans, c'est la seule boulangerie de ce petit village de 1 100 habitants. 

Tout allait bien pour Christelle, son mari Stéphane et leur fils, apprenti en CAP boulangerie. Mais un investissement raté, accompagné de travaux dans leur village leur ont fait perdre 50 000 € en six mois. Et "là, on s'est retrouvé dans un engrenage infernal. Tout est allé très vite." Alors qu'ils se disent toujours près à filer un coup de main, là, "nous nous sommes retrouvés pestiférés. Nous sommes abandonnés par les banques et la mairie regarde ça de loin sans vraiment intervenir."

Comment renflouer les caisses en si peu de temps ? Christelle préfère ne pas regarder, mais ses amis Jessica et Fabien ont lancé une cagnotte participative. "Ils ont le cœur sur la main, c'est normal de leur rendre la pareil. Et si la boulangerie ferme, ce sera la mort du village."

Même le maire ne vient plus chez nous" - Christelle Casagrande, boulangère

Depuis que le Carrefour Contact est arrivé, "tout le monde ne jure que par ça. Tout le monde y va. Même le maire ne vient plus chez nous. Je crois que la moitié du Conseil municipal n'est pas au courant de ce qu'il nous arrive."

Christelle et Stéphane demandent à la mairie d'intervenir auprès des banques et des pouvoirs publiques pour leur laisser du temps. "Nous sommes en train de nous restructurer, mais nous avons besoin de temps. Nous diversifions nos activités, avec du traiteur, par exemple. On ne peut pas trouver 20 000 € en si peu de temps quand on vend des baguettes et des viennoiseries."

Le jugement sera rendu mercredi 5 septembre.