Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dordogne : les chauffagistes sur le pont après les premières baisses de températures

mercredi 3 octobre 2018 à 17:46 Par Caroline Pomès, France Bleu Périgord

C'est l'heure pour certains Périgourdins de rallumer le chauffage avec les températures avoisinant les cinq degrés la nuit depuis ce lundi. Les emplois du temps des chauffagistes sont bien remplis entre mise en service ou simple ramonage de prévention.

L'entreprise Salleron fait une cinquantaine de ramonage par jour en ce début octobre.
L'entreprise Salleron fait une cinquantaine de ramonage par jour en ce début octobre. © Radio France - Caroline Pomès

Périgueux, France

Le coup de froid de ce lundi pousse les familles à rallumer le chauffage. A Périgueux, l'entreprise Thermique Service fait une cinquantaine de ramonages par jour. Les températures baissent jusqu'à cinq degrés la nuit et malgré la vingtaine de degrés la journée, les maisons refroidissent. _"A partir de 19 degrés dans une maison, les gens sont prêts à rallumer le chauffage"_, explique le patron, Sylvain Salleron. 

Si il y a des remises en service des chaudières en ce début d'octobre en Périgord, la plus part des clients demande des ramonages. C'est le cas de Sylvain qui repousse l'allumage du chauffage au maximum. "Le gaz est trop cher mais c'est vrai que le froid de ces derniers jours m'a rappelé qu'il fallait que je prenne rendez-vous pour ramoner la chaudière." 

Une intervention rapide d'une petite demi-heure permet de nettoyer les conduits de la suie de l'hiver dernier. Elle coûte une centaine d'euros en moyenne. Un budget essentiel pour la sécurité des familles rappelle le technicien :"attention aux fuites de gaz et à l'intoxication au monoxyde de carbone quand les chaudières sont mal entretenues."